Giver: «Le danger serait de ne plus jouer collectif»

Publié

Giver: «Le danger serait de ne plus jouer collectif»

Pour Tim Giver, Etzella a les armes pour être sacré champion cette année, si le collectif reste
soudé.

L'essentiel: Pour quelles raisons Etzella peut-il croire au titre cette saison?

Tim Giver: Contrairement à l'an passé, le coach John Griffin est là depuis le début de la saison. Nous avons aussi beaucoup progressé à l'intérieur. Contre les Pikes en demies l'an dernier, nous avions pêché dans ce secteur.

Quelle est la philosophie de John Griffin?

En arrivant, il nous a dit qu'il y avait sans doute ici les meilleures individualités du pays mais qu'il fallait créer un groupe qui joue ensemble. C'est ce qu'il a fait.

Quels enseignements tirez-vous de la saison régulière que vous avez dominée?

Nous avons perdu trois matches que nous aurions pu gagner. À chaque fois, nous sommes retombés dans un jeu trop individuel. C'est le danger. Quand on est en difficulté, chacun veut créer le déclic.

La défaite contre Steinsel samedi vous fait-elle douter?

Non, mais je crois que ce n'est pas une mauvaise chose pour éviter l'excès de confiance. Toutes les équipes sont proches et en play-offs on repart à zéro.

Quels seront vos rivaux?

Pour moi ce seront Dudelange et le Sparta. Le jeu de Contern a peu évolué et est un peu stéréotypé. Je vois bien l'Amicale terminer dans les quatre premiers.

Recueilli par Nicolas Martin

Ton opinion