Rich kids of Instagram – Gosses de riches, ils friment sur Internet
Publié

Rich kids of InstagramGosses de riches, ils friment sur Internet

Un site web regroupe aux États-Unis les photos d’une jeunesse dorée qui ne se prive de rien. Décryptage.

«Ils ont plus d’argent que vous et voilà ce qu’ils font», annonce «Rich Kids of Ins­tagram». Cette plate-forme ­Tumblr a été créée le 13 juillet dernier. Jets privés, vastes piscines, résidences de luxe, plastiques de rêve, vêtements de marque, yachts et champagne qui coule à flots: le site récu­père des images d’un monde où tout n’est que luxe, bling-bling et futilité. Les ados pourris gâtés les avaient publiées sur Instagram.

Interrogés, beaucoup de ces nantis ne voient aucun prob­lème à ce que leur mode de vie soit visible par tous, à l’instar d’Andres Morales, 15 ans: «Oui, j’ai la vie d’un jet-setteur. Je voyage beaucoup et j’adore les jets privés et la première classe», a-t-il déclaré à CNN. Mais d’autres émettent plus de réserve: «Mes amis et moi ne voulons pas être instrumen­talisés par «Rich Kids», c’est très embarrassant, a déclaré Annabel Schwartz, 19 ans. Je ne veux pas me sentir coupable d’avoir grandi dans le luxe et de m’amuser.»
Sur la Toile, les réactions des internautes oscillent entre fascination et exaspération.

«L’argent sans foi ni loi»

«Les nouveaux riches sont très démonstratifs de leur réussite et prennent plaisir à l’afficher, affirment Monique et Michel Pinçon, sociologues spécialisés dans l’étude des élites. D’ailleurs, ils ne prennent pas assez en compte les risques, sachant qu’ils peuvent être les premières victimes des ­envieux (lire ci-dessous)». Les auteurs de «L’argent sans foi ni loi», brûlot qui vient de ­pa­raître, expliquent aussi qu’aujourd’hui, le spectacle de la fortune s’est banalisé et qu’il a été moins diabolisé à partir des années 1980, particulièrement aux États-Unis.

Craintes d’enlèvements et de représailles: ces deux perspectives suscitent l’émoi dans l’entourage des jeunes VIP qui étalent leur vie privée sur la Toile. Il y a peu, Alexa Dell, fille d’un milliardaire américain, a dû quitter les médias sociaux. «Rich kids of Instagram» avait repris un cliché posté par elle où l’on voyait son frère dans un jet privé privé volant vers les îles Fidji. Dans la même veine, en août, Marius, fils du prince héritier de Norvège Haakon, a aussi dû arrêter de publier des photos personnelles sur Instagram. Les informations et les coordonnées géographiques divulguées par ces deux ados auraient pu profiter à des criminels, selon les services chargés de leur protection.

(L'essentiel Online / Marine Guillain)

Un réseau social drague «l’élite»

La semaine dernière, l’entrepreneur suédois Erik Wachtmeister a lancé un nouveau site visant l’élite des internautes. Best of All Worlds s’adresse aux banquiers et aux gens de la communication, de la mode ou de la politique. «Il ne s’agit pas de la jet-set, mais de personnes sophistiquées qui ont bon goût», relève le businessman. Le site se veut tourné vers la recherche d’événements. Il n’est

accessible que sur invitation.

Ton opinion