Secteur financier – Gramegna souhaite plus de formation sur la Place

Publié

Secteur financierGramegna souhaite plus de formation sur la Place

LUXEMBOURG - Le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), a présenté aux syndicats sa vision des changements à venir dans le secteur financier. Des idées réaffirmées ce mercredi.

Une réflexion sur la formation continue et de la réorientation des salariés de la Place devra être menée, selon Pierre Gramegna.

Une réflexion sur la formation continue et de la réorientation des salariés de la Place devra être menée, selon Pierre Gramegna.

Editpress

À l'approche des vacances, les avis et les rencontres se multiplient. Dernier exemple en date: l'échange réalisé entre les syndicats et le ministre des Finances, Pierre Gramegna. Bien que ce dernier ait eu lieu la semaine dernière, les conclusions n'ont été rendues publiques que ce mercredi. Et les sujets d'inquiétude sont légion, même si le principal reste la question de la mutation en cours sur la Place.

Pour le LCGB, comme pour l'OGBL, l'avenir des salariés du secteur s'annonce sombre si «une politique de l'emploi responsable» n'est pas menée. Une politique qui vise «le cas échéant réorienter à temps les salariés concernés vers des nouvelles activités». Car la nouvelle orientation de la Place, liée à la disparition programmée du secret bancaire, vers des clients «plus exigeants et internationalisés», laisse d'ores et déjà sur le carreau une partie des salariés du secteur. Sur ce point, Pierre Gramegna a réaffirmé «la nécessité de diversification des activités» et le besoin «d'attirer de nouveaux investisseurs», comme l'avait préconisé la semaine dernière le Conseil économique et social.

Deux points qui doivent toutefois aller de pair, selon le ministre, avec «une réflexion au niveau de la formation continue et de la formation de réorientation». Sur ce point, l'OGBL plaide pour la mise en place «d'une plateforme regroupant les partenaires sociaux» afin d'anticiper les évolutions des effectifs dans les différents établissements bancaires. Une idée à laquelle Pierre Gramegna a indiqué qu'elle nécessitait «une concertation interministérielle». Aucune information sur les suites éventuelles de cette proposition n'a été apportée.

(Jmh/L'essentiel)

Ton opinion