A cause de la grève – Greffe du coeur ratée, la plainte a été classée

Publié

À cause de la grèveGreffe du cœur ratée, la plainte a été classée

METZ - Le parquet a classé sans suite la plainte d'une patiente dont l'opération de transplantation d’un cœur n'avait pu être menée à bien à la suite de plusieurs dysfonctionnements.

Sur 300 greffes de cœur annuelles en France, une dizaine échouent en raison d'impondérables logistiques. (AFP)

Sur 300 greffes de cœur annuelles en France, une dizaine échouent en raison d'impondérables logistiques. (AFP)

La plaignante, une femme de 53 ans résidant à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), devait recevoir un greffon d'une donneuse, en état de mort clinique au centre hospitalier de Metz. Mais l'équipe chirurgicale venue du CHU de Nantes, où la patiente était en attente, a renoncé à atterrir à l'aéroport de Metz-Nancy Lorraine, alors bloqué par un mouvement de grève.

Selon l'enquête menée par la gendarmerie, la coordinatrice de l'agence de biomédecine ignorait ce mouvement social et n'avait pu joindre l'aéroport. «Si on avait été au courant, évidemment qu'on aurait ouvert le terrain. Grève ou pas, l'évacuation sanitaire, c'est une priorité», avait indiqué en avril un responsable CGT de l'aéroport en question, Dany Etienne. La coordinatrice avait alors appelé un second numéro, celui de l'aéroport de Nancy-Essey, sans prendre conscience que celui-ci était davantage éloigné de l'hôpital de Metz.

Elle attend toujours

Dans l'avion, le pilote et le médecin, avaient alors décidé de renoncer à la greffe de de faire demi-tour, estimant que le temps maximal pour réaliser une telle opération serait dépassé. «Ce qui s'est passé est très décevant pour la malade et très lourd pour les équipes engagées, mais ce sont des choses qui arrivent et il est normal qu'elles arrivent : plus la distance est longue plus il y a de risque qu'il y ait un grain de sable», avait souligné en avril la directrice générale de l'agence de biomédecine, Emmanuelle Prada-Bordenave.

«Les patients sont informés des risques que les opérations échouent : si on estime que le temps de transport va être trop long pour la survie de l'organe, on annule tout pour ne pas leur faire courir de risque», avait-elle ajouté. «Cette patiente n'a pas +perdu son tour+, elle reste inscrite sur la liste des receveurs en attente et sera appelée quand son cas correspondra de nouveau aux critères d'un donneur», avait-elle précisé. Selon l'agence de biomédecine, qui coordonne les greffes à l'échelle nationale, sur 300 greffes de cœur annuelles, une dizaine échouent en raison d'impondérables logistiques.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion