Rallye – Grégoire Munster: «Je dois sacrifier des rallyes»

Publié

RallyeGrégoire Munster: «Je dois sacrifier des rallyes»

Après la défection d'un important partenaire, le pilote luxembourgeois cherche des sponsors pour continuer à rouler dans le championnat du monde.

Grégoire Munster ne va pas pouvoir assurer le programme qu'il imaginait en 2022.

Grégoire Munster ne va pas pouvoir assurer le programme qu'il imaginait en 2022.

Bastien Roux

Quelques jours après son beau Rallye de Monte-Carlo, où il a fini 12e malgré une crevaison dans l'une des dernières spéciales, Grégoire Munster a reçu un coup sur la tête: un sponsor important l'a lâché pour des raisons financières. Le pilote luxembourgeois se retrouve donc en manque de budget pour assurer le programme qu'il prévoyait dans les prochaines semaines. Le pilote de 23 ans possède un partenariat avec Hyundai Motorsport, mais ne fait pas partie de l'équipe officielle de la marque en WRC2. «Cela signifie qu'on a une enveloppe qui nous permet de participer à un certain nombre de courses et de faire un programme à la carte, mais que l'on n'est pas automatiquement engagés sur les rallyes de championnat du monde», explique Munster.

En comptant 50 000 à 80 000 euros par rallye, il est impossible pour un pilote hors d'une écurie officielle de participer à toutes les manches. «Mon but est d'en faire le plus possible, explique Munster. Mais sans nouveaux partenaires, je vais devoir en sacrifier». Alors qu'il espère s'établir au plus haut niveau mondial, le jeune pilote ne veut pas perdre ces années décisives à ne courir qu'en Belgique plutôt que d'acquérir de l'expérience en WRC.

Alors, avec son père Bernard, ancien pilote lui aussi, il démarche des entreprises qui voudraient s'afficher sur sa voiture. «Je ne suis pas naïf, je sais que ça ne va pas doubler leur chiffre d'affaires, reconnaît-il. C'est pour ça que l'on propose aussi des services d'hospitalité. Sur les rallyes WRC, on peut organiser des journées VIP, où nos sponsors peuvent suivre la course en hélicoptère».

(L'essentiel/ Tom Vergez)

Ton opinion