Militante écologiste – Greta Thunberg rappelle le monde à l'ordre à Davos

Publié

Militante écologisteGreta Thunberg rappelle le monde à l'ordre à Davos

La jeune militante pour la protection du climat a encore tenu un discours remarqué, mardi, au sommet économique mondial de Davos, en Suisse.

Swedish climate activist Greta Thunberg attends a session at the Congres center during the World Economic Forum (WEF) annual meeting in Davos, on January 21, 2020. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP)

Swedish climate activist Greta Thunberg attends a session at the Congres center during the World Economic Forum (WEF) annual meeting in Davos, on January 21, 2020. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP)

AFP/Fabrice Coffrini

Comme une douche froide pour l'élite économique et politique réunie à Davos, la militante du climat, Greta Thunberg, a déploré mardi que «rien n'ait été fait» pour le climat en dépit de tous les discours en faveur de l'environnement. Dans le cadre enneigé de la station suisse, le réchauffement climatique domine cette année le Forum économique mondial (WEF), à l'heure où les entreprises rivalisent de promesses et les gouvernements de discours alarmistes.

Certes, «le climat et l'environnement sont un sujet d'actualité aujourd'hui, mais en pratique, rien n'a été fait, les émissions de CO2 n'ont pas diminué», a martelé la jeune Suédoise, devant les grands patrons et responsables politiques réunis jusqu'à vendredi, dans la douillette station des Grisons. Ce n'est pourtant pas faute de recevoir l'attention médiatique, a-t-elle estimé, avec comme une pointe d'amertume. «Je ne peux pas me plaindre de ne pas être écoutée. On m'écoute tout le temps», a dit la militante.

Une rencontre avec Donald Trump?

Nulle préoccupation climatique en revanche dans le tweet envoyé dans la nuit par l'autre tête d'affiche annoncée mardi à Davos, Donald Trump. «En route pour Davos, pour rencontrer les Leaders du monde et des affaires, et ramener des centaines de milliards de dollars aux États-Unis! Nous sommes le NUMÉRO UN dans l'univers, de loin». Il y a deux ans, l'imprévisible président américain avait été plutôt bien accueilli par les grands patrons rassemblés en Suisse, qui avaient retenu ses largesses fiscales plutôt que ses diatribes contre le libre-échange.

Croisera-t-il aussi Greta Thunberg? Invitée à Davos pour la deuxième année consécutive, la militante de 17 ans s'exprimera une nouvelle fois après le président américain lors d'une table ronde et ouvrira, dans l'après-midi, une session au titre sans équivoque: «Éviter l'apocalypse climatique». Reste à savoir quel impact concret ces mises en garde auront.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion