JO Tokyo – Grethen, revenu de nulle part, savoure sa présence
Publié

JO TokyoGrethen, revenu de nulle part, savoure sa présence

Dans la nuit de lundi à mardi, Charel Grethen court les séries du 1 500 m, alors que les JO semblaient loin après une opération du tendon d'Achille en 2019.

Charel Grethen n'a obtenu sa qualification olympique que le 5 juillet.

Charel Grethen n'a obtenu sa qualification olympique que le 5 juillet.

AFP/Andrej Isakovic

Il a été le dernier des douze Luxembourgeois qualifiés aux Jeux olympiques, et aussi celui qui partait de plus loin. Charel Grethen, qui dispute la nuit prochaine à partir de 2 h 05 les qualifications du 1 500 m, a été opéré du tendon d'Achille il y a deux ans. Profitant du report, il s'est qualifié au dernier moment pour ses seconds JO, après avoir couru le 800 m à Rio en 2016.

«C'était un soulagement, mais j'ai tout fait pour depuis que j'ai été opéré», souligne Grethen, qui a battu deux fois le record national du 1 500 m cette année, le portant à 3'36"75. L'athlète a su traverser ces moments de doute pour revenir tenter sa chance sur la grande scène olympique.

«Le report m'a aidé en un sens»

«Le report m'a aidé en un sens, mais je ne savais pas où j'en étais comme il n'y avait pas de compétitions pendant longtemps, reconnaît-il. Cette période m'a fait douter». Qualifié avec l'un des moins bons temps des engagés, il pourra difficilement espérer une place en demi-finale, mais se refuse à faire de la figuration. «C'est un objectif très haut, mais j'ai montré ces derniers mois que ma forme est au rendez-vous et que je peux être là le jour J», assure le natif de Tuntange.

À Rio de Janeiro, Grethen avait été sorti dès les séries du 800 m. Il aura du mal à faire mieux cette fois-ci vu sa position parmi les tous derniers qualifiés. La présence à Tokyo est déjà une victoire pour l'athlète de 29 ans, «soulagé» par sa qualification in extremis, arrivée officiellement le 5 juillet.

(Tom Vergez/L'essentiel)

Ton opinion