Un cap à passer: Gwyneth Paltrow a 50 ans: «Je me sens bien»

Publié

Un cap à passerGwyneth Paltrow a 50 ans: «Je me sens bien»

À l'occasion de son cinquantième anniversaire, l'actrice s'est confiée à Vogue et a dévoilé une série de photos où elle pose dans le plus simple appareil, couverte d'or.

1 / 16
«Je me sens bien» : Gwyneth Paltrow est plus sereine que jamais alors qu’elle fête ce mardi ses 50 ans. Elle a confié au magazine Vogue qu’elle se sentait «heureuse, comblée et pas du tout paniquée», à l’idée de passer le cap de la cinquantaine.

«Je me sens bien» : Gwyneth Paltrow est plus sereine que jamais alors qu’elle fête ce mardi ses 50 ans. Elle a confié au magazine Vogue qu’elle se sentait «heureuse, comblée et pas du tout paniquée», à l’idée de passer le cap de la cinquantaine.

Instagram
Elle l’était beaucoup plus à 30 ans, «j’avais tellement de pression pour me marier, pour avoir un bébé (…) je me souviens d’avoir pensé que je décevais mes parents parce que je n’avais pas épousé de courtier ou d’avocat, que j’étais une artiste bizarre».

Elle l’était beaucoup plus à 30 ans, «j’avais tellement de pression pour me marier, pour avoir un bébé (…) je me souviens d’avoir pensé que je décevais mes parents parce que je n’avais pas épousé de courtier ou d’avocat, que j’étais une artiste bizarre».

AFP

AFP

«Je me sens bien» : Gwyneth Paltrow est plus sereine que jamais alors qu’elle fête ce mardi ses 50 ans. Elle a confié au magazine Vogue qu’elle se sentait «heureuse, comblée et pas du tout paniquée», à l’idée de passer le cap de la cinquantaine. Elle l’était beaucoup plus à 30 ans, «j’avais tellement de pression pour me marier, pour avoir un bébé (…) je me souviens d’avoir pensé que je décevais mes parents parce que je n’avais pas épousé de courtier ou d’avocat, que j’étais une artiste bizarre».

À 40 ans, elle a «paniqué», a eu peur de vieillir parce que son apparence était son gagne-pain. «Comment vais-je aborder le vieillissement? Comment vais-je me définir en tant que personne qui vieillit?». Sa vie personnelle n’était pas au beau fixe, elle divorce de Chris Martin, père de ses deux enfants et doute alors d’elle-même. «Je me souviens d’être allée faire des injections de Botox, c’était terrible, c’était tellement embarrassant», raconte-t-elle. «C’est tellement cliché».

«J'ai gagné mes rides»

Elle a alors commencé son cheminement, a retrouvé l’amour avec le scénariste et producteur Brad Falchuk, et puis la routine qu’elle a commencé à mettre en place à la fin de sa vingtaine porte ses fruits et lui apporte «santé et vitalité». Yoga et alimentation plus saine lui permettent de dompter le temps qui passe. «Ça m'a vraiment mis sur la voie pour atteindre l'âge de 50 ans et franchir ce seuil en me sentant bien».

Et de regretter que «dans notre culture capitaliste occidentale, nous confondions jeunesse et beauté»: «Je ne m'identifie pas à un mannequin de 26 ans. Je ne veux pas de sa vie. Je ne veux pas de son visage. Je ne veux pas de son expérience. J'ai gagné ma vie. J'ai gagné mes rides», explique-t-elle.

(mc)

Ton opinion

1 commentaire