Disney+ – Hailee Steinfeld coachée par son papa

Publié

Disney+Hailee Steinfeld coachée par son papa

À l’affiche de «Hawkeye», l’actrice a pu compter sur son père pour maximiser sa condition physique.

Dans la minisérie de Disney+,  Hailee Steinfeld incarne Kate Bishop, alias la superhéroïne Hawkeye.

Dans la minisérie de Disney+, Hailee Steinfeld incarne Kate Bishop, alias la superhéroïne Hawkeye.

imago images/Matrix

Hailee Steinfeld fait le plein d’action dans «Hawkeye», la nouvelle minisérie Marvel, à voir dès le 24novembre sur Disney+. L’actrice américaine de 24 ans maintient sa condition physique au top depuisl’enfance, avec l’aide de son père dont le métier est coach sportif.

Votre personnage doit apprendre très jeune à se défendre seule et devenir son propre super-héros. Espérez-vous inspirer les filles avec ce rôle?

En grandissant, j’aurais adoré avoir quelqu’un comme Kate comme modèle. Je ne peux quesouhaiter qu’elle ait aussi un effet positif sur les filles et les inspirer à faire ce qui est juste pour elles,à défendre leurs convictions et à devenir leur propre super-héros.

Les jeunes se sentent invincibles à tort, d’après la mère de Kate. Cela vous parle?

Le mot «invincible» est un peu trompeur parce qu’on évoque un feeling. Il m’arrive parfois de mesentir super bien et pleine d’assurance après avoir accompli quelque chose. Mais je n’ai pasl’impression de me sentir invincible dans ma vie, non.

Êtes-vous toujours aussi sportive?

Oui, je continue à m’entraîner avec mon père. J’ai grandi en faisant beaucoup d’activité physiquevu que mon père est coach sportif. Et maintenant, je suis tombée dans le monde merveilleuxdes cascades et combats chorégraphiés pendant des mois avec cette série. Donc, oui, je maintiensma condition physique au top.

Vous soulevez de la fonte depuis l’enfance?

Non, mais mon père s’entraîne avec moi et me coache depuis petite. Il est absolument incroyabledans son boulot. C’est génial d’avoir grandi avec quelqu’un comme lui. Sa discipline m’a beaucoup inspirée.

(L'essentiel/Miguel Cid, Londres)

Ton opinion