Bière – Heineken va mieux mais prévoit de monter ses prix

Publié

BièreHeineken va mieux mais prévoit de monter ses prix

La reprise a été au rendez-vous, en 2021 pour Heineken, avec un bénéfice net de 3,32 milliards, mais le brasseur néerlandais prévoit quand même de monter ses prix.

Le groupe a enregistré une hausse organique en 2021 de 4,6% des volumes de bières, «bien au-delà de 2019».

Le groupe a enregistré une hausse organique en 2021 de 4,6% des volumes de bières, «bien au-delà de 2019».

AFP

La reprise a été au rendez-vous, en 2021 pour Heineken, avec un bénéfice net de 3,32 milliards, mais le brasseur néerlandais prévoit quand même de monter ses prix cette année pour compenser la flambée des matières premières. Alors que l'année 2020 avait été marquée par une perte de 204 millions, le deuxième plus gros brasseur mondial derrière AB InBev, a expliqué dans un communiqué, avoir en 2021, notamment profité de la levée de restrictions en Europe.

Le groupe a enregistré une hausse organique en 2021 de 4,6% des volumes de bières, «bien au-delà de 2019», profitant également de la «dynamique continue dans les Amériques et Afrique, Moyen-Orient et Europe de l'Est, et d'une reprise séquentielle en Asie-Pacifique». Heineken a publié un chiffre d'affaires de 26,58 milliards d'euros, en progression de 11,8%. «Pour l'avenir, bien que la vitesse de la reprise reste incertaine et que nous soyons confrontés à d'importants défis inflationnistes, nous sommes encouragés par la solide performance de notre entreprise», a estimé le PDG du groupe Dolf van den Brink, cité dans le communiqué.

Heineken avait subi de plein fouet la crise sanitaire

Le groupe prévoit néanmoins pour 2022 une augmentation du coût de ses intrants par hectolitre au milieu d'année notamment en raison de la forte augmentation des prix des matières premières, de l'énergie et du fret. «Nous compenserons ces augmentations du coût des intrants par la tarification en termes absolus, ce qui pourrait entraîner une consommation de bière plus faible», a annoncé le groupe. Heineken a par ailleurs estimé que les marchés de la région Asie-Pacifique rebondiront «progressivement au cours de l'année» 2022, mais que la reprise complète du commerce extérieur en Europe «pourrait prendre plus de temps».

Coté à la Bourse d'Amsterdam, Heineken gagnait 0,17 % à 95,46 euros un peu à l'ouverture vers 9h30, dans un marché AEX en hausse de 0,81%. Heineken avait subi de plein fouet la crise sanitaire avec la fermeture des bars, l'obligeant à supprimer 8 000 emplois - soit environ 10% de ses effectifs - après être tombé dans le rouge en 2020.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion