Transgenre – Homme, femme, mode d'emploi

Publié

TransgenreHomme, femme, mode d'emploi

LUXEMBOURG - La société veut que l'on soit un homme ou une femme. Pas d'alternative. Transgender se bat pour faire reconnaître d'autres sensibilités.

Le changement d'état civil d'un des conjoints ne doit pas entraîner une réduction des droits comme le prévoit la réforme du mariage.

Le changement d'état civil d'un des conjoints ne doit pas entraîner une réduction des droits comme le prévoit la réforme du mariage.

Editpress

Pour l'état civil, vous êtes un homme ou une femme selon vos attributs génitaux. Mais que se passe-t-il lorsqu'une personne de sexe masculin se ressent plutôt comme une femme? La jurisprudence luxembourgeoise veut que cette personne change alors de sexe par le biais de chirurgie et du diagnostic psychiatrique du transsexualisme avant de changer d'état civil.

Or, la question se pose: est-on un homme ou une femme en fonction de son anatomie? La Cour européenne des droits de l'homme concède qu'elle n'est «pas convaincue que l'on puisse aujourd'hui continuer d'admettre que les termes - homme et femme - impliquent que le sexe doive être déterminé selon des critères biologiques».

Pour le Dr Erik Schneider, cofondateur de Transgender Luxembourg, «le droit ne doit pas continuer à traiter les personnes transgenres comme des personnes malades et autoriser le changement d'état civil sans obligation de passer par une opération». Par ailleurs, le mariage homosexuel est un autre cheval de bataille de Transgender. Le premier mariage homosexuel existe de fait au Luxembourg depuis septembre 2009. Une personne a obtenu son changement de sexe à l'état civil (homme vers femme) alors qu'elle était mariée.

«C'est donc un mariage entre deux femmes avec tous les droits qui découlent du mariage. Le projet réformant le mariage et l'adoption veut l'assimiler à un mariage homosexuel dont les droits sont réduits. À notre avis, les couples trans ne doivent pas voir leurs droits réduits en raison de la rectification de la mention du sexe à l'état civil de l'un des conjoints», affirme le Dr Schneider.

Patrick Théry

Ton opinion