Meurtre de la famille Troadec – Hubert Caouissin a dormi dans le lit du fils Troadec

Publié

Meurtre de la famille TroadecHubert Caouissin a dormi dans le lit du fils Troadec

Le suspect a donné aux enquêteurs des détails glaçants sur les heures qui ont suivi son crime. Il s'est ainsi confié à son fils de 8 ans avant d'en parler à son ex-femme.

Lors de sa garde à vue, Hubert Caouissin avait sidéré les enquêteurs en racontant comment il avait massacré la famille Troadec à coups de pied de biche. Mais le quadragénaire, qui souffre depuis quatre ans d'une grave dépression, a également donné des détails glaçants sur les circonstances de ce drame, écrit Le Parisien.

Le 17 février, après la tuerie, le meurtrier retourne dans sa ferme de Pont-de-Buis. Il retrouve son fils de 8 ans, à qui il se confie avant même de parler à son ex-femme: «Tu verras, on va te dire que ton père est un monstre. Mais je vais t'expliquer et te dire la vérité», dit-il à l'enfant. Le suspect avoue ensuite son crime à son ex-épouse Lydie, sœur de Pascal Troadec. Les deux attendent que leur fils s'endorme et le laissent seul dans sa chambre pour prendre la route et retourner sur les lieux du drame, à 280 kilomètres de là.

À Orvault, Hubert Caouissin nettoie la maison pendant que sa compagne attend à l'extérieur. Ils communiquent via talkie-walkie. «Fatigué» de s'être démené pour effacer les traces de sang, le suspect se couche dans le lit de Sébastien Troadec pendant quatre heures. Les corps sont ensuite chargés dans la voiture de ce dernier et le couple retourne dans sa ferme, à Brest. C'est là que Hubert Caouissin procède au démembrement des cadavres. Son ADN sera prélevé sur l'appuie-tête conducteur de la Peugeot 308 de Sébastien.

«Un harcèlement invraisemblable et agressif»

Selon Europe 1, la famille de Brigitte Troadec n'a pas été surprise d'apprendre le nom du suspect. L'avocate des sœurs et de la mère de la victime a déclaré que les Troadec subissaient, depuis deux ou trois ans, un «harcèlement invraisemblable et agressif» de la part de Hubert Caouissin concernant cette affaire d'héritage.

«Pascal Troadec avait fait une démarche auprès de la gendarmerie pour se plaindre d'avoir été accusé mensongèrement et de manière répétée sur cette histoire de lingots d'or qui sort de l'imaginaire d'Hubert Caouissin», a déclaré Cécile de Oliveira à l'AFP. BFM TV relève qu'une enquête patrimoniale est en cours pour retrouver la trace de ce fameux magot. S'il existe réellement.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion