Au Zimbabwe – «Idai» a affecté plus de 200 000 personnes

Publié

Au Zimbabwe«Idai» a affecté plus de 200 000 personnes

Environ 200 000 personnes ont été affectées dans une seule région du pays dont les 90% ont été très endommagés selon le Programme alimentaire mondial.

Ces personnes de la région de Chimanimani, dans l'est du pays, auront besoin d'une assistance alimentaire d'urgence pour trois mois, disent ces données encore préliminaires. D'autres régions ont été touchées, mais dans une moindre importance, a aussi estimé devant la presse un porte-parole.

La précédente estimation s'élevait à 15 000 personnes affectées. Dans les trois pays victimes du cyclone, le Zimbabwe, le Mozambique et le Malawi, la difficulté reste l'accès aux zones inondées.

Bilan revu à la hausse

Le bilan du cyclone Idai, qui a balayé en fin de semaine dernière le Mozambique puis le Zimbabwe, a encore grimpé jeudi pour atteindre 356 morts, selon des sources officielles.

Au moins 217 personnes sont mortes au Mozambique et 139 au Zimbabwe, deux pays où les rescapés continuaient jeudi à enterrer leurs morts. En début de semaine, le président mozambicain, Filipe Nyusi, avait prévenu que le bilan pourrait monter à plus de 1 000 morts.

58 millions de dollars

Au Mozambique, le gouvernement mentionne 600 000 habitants touchés, mais le PAM estime que ce chiffre va augmenter et se prépare à assister peut-être jusqu'à près de trois fois plus de personnes. Le nombre de tués dépasse les 210. De nombreuses personnes sont encore réfugiées sur des habitations. Le PAM ne bénéficie pour le moment que d'un hélicoptère pour les trois pays. Un second devrait arriver dans les prochains jours.

Peu d'appareils d'autres acteurs sont également mobilisés. «Ce n'est pas suffisant. Il faut bien davantage. Davantage d'hélicoptères, davantage de nourriture, davantage de financement», a dit le porte-parole du PAM.

Il conteste toutefois tout retard dans l'acheminement de l'aide, rendu difficile par le manque d'accès. L'avion du PAM avait atterri dès qu'il avait été possible de le faire, dit-il. Selon la situation, l'agence onusienne aura besoin de 58 millions de dollars ou d'un montant jusqu'à deux fois et demi plus important.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion