Portrait – Il a dit non à Lily Allen

Publié

PortraitIl a dit non à Lily Allen

LUXEMBOURG - Parti de Bertrange, Chris Maas est devenu batteur
professionnel à Londres. Un statut qui lui a permis de refuser certains jobs…

«En arrivant à Londres, j'ai réalisé qu'il y avait une foule de batteurs meilleurs que moi», s'amuse Chris. Et pourtant…

«En arrivant à Londres, j'ai réalisé qu'il y avait une foule de batteurs meilleurs que moi», s'amuse Chris. Et pourtant…

dr

Chris Maas a fait du chemin depuis qu'il assistait aux répétitions de son père batteur dans la fanfare de Bertrange. Le Luxembourgeois a même pu se permettre de refuser un job de musicien sur la tournée de… Lily Allen.

«Quand son manager m'a prévenu, j'avais déjà dit oui à mon propre groupe, soupire Chris. C'est John Jenkins le batteur des Streets qui a pris ma place. Ça fait mal de penser que ça aurait pu être moi». Malgré tout, le garçon a de quoi se consoler. À 25 ans, Chris a déjà officié aux côtés de légendes comme Ray Davies et de jeunes qui font le buzz tels que Mumford and Sons. Est passé dans «Later… with Jools Holland» sur la BBC. A enregistré à Rockfields, le studio perdu au pays de Galles où les grands se sont succédé.

Débarqué à Londres pour étudier à la DrumTech, Chris s'est offert une année sabbatique, soutenu par ses parents. De là, il a enchaîné les concerts en tant que batteur d'appoint pour différentes formations, dans tous les styles et… n'est jamais retourné en cours. Désormais, il est le batteur maison du label Communion records. Et fait des incartades rafraîchissantes à la maison. «À l'étranger, on me demande des autographes. Au Luxembourg, l'attitude serait plutôt: "C'est bon, c'est juste Chris, pas la peine d'en faire une histoire"».

Séverine Goffin

Ton opinion