Au Luxembourg – «Il faut mieux répartir les tâches domestiques»
Publié

Au Luxembourg«Il faut mieux répartir les tâches domestiques»

LUXEMBOURG - Le 8 mars, c’est la Grève des femmes. La charge de travail gratuit qu'elles doivent assurer (tâches domestiques, enfants…) est un sujet de mécontentement.

La JIF organise la Grève des femmes, le 8 mars.

La JIF organise la Grève des femmes, le 8 mars.

Vincent Lescaut

«Au début de la pandémie, on a eu une lueur d’espoir que nos revendications soient entendues», relatait lundi, la plateforme JIF (Journée internationale des femmes), qui organise la Grève des femmes du 8 mars. «Infirmières, femmes de ménage et caissières, étaient au front. Les femmes ont largement assuré le travail non rémunéré (tâches domestiques, enfants…) en forte hausse, suite au confinement, homeschooling et télétravail. La prise de conscience a été collective et politique et… rapidement oubliée». Le 8 mars, où 2 500 manifestantes sont attendues à Luxembourg, servira de piqûre de rappel.

«Aucun État n’aurait les moyens de financer le travail gratuit fait par les femmes. En Allemagne, où le calcul a été fait, cela coûterait 23% du PIB, illustre Line Wies, de la JIF. Nous ne demandons pas à ce qu’il soit payé, mais mieux réparti. La JIF propose une semaine de travail de quatre jours, comme en Islande. Les hommes feront-ils alors plus de tâches ménagères? «On ne peut pas garantir qu’ils n’iront pas plutôt jouer à la pétanque, admet Line Wies. Il faut des mesures éducatives».

«Après l’accouchement, une mère a besoin de repos», ajoute Yasmine Chlouti. D’où l’idée d’un «congé de naissance de trois mois à la place du congé de paternité de dix jours. Cela profiterait aussi à la compagne de la mère dans un couple lesbien». Et la JIF demande plus de contrôles contre les inégalités salariales et une revalorisation des métiers majoritairement féminins.

(Séverine Goffin/ L'essentiel)

Ton opinion