Il invente un monde sans voiture

Publié

Il invente un monde sans voiture

Charles Brigham avait 28 ans quand il a enfourché sa bicyclette pour un tour du monde écologique, mais il en aura sans doute 33 à son retour à Madison, Wisconsin, aux États-Unis.

"J'adore le vélo et je voulais voyager, je ne trouve pas naturel du tout de prendre l'avion, ou même la voiture. Les gens ne sont pas faits pour voyager aussi vite", a-t-il expliqué, lors de son étape parisienne.

L'Américain a donné son premier coup de pédale en septembre 2007, direction le port de Norfolk (Virginie), muni de 3 000 dollars et de 30 kg d'équipement pour camper et réparer sa bicyclette. À Norfolk, il constate que les bateaux de fret qui traversent l'Atlantique n'ont "rien d'écologique", et reprend le vélo pour Miami.

Son séjour britannique tourne mal

Nouvelle déconvenue: les paquebots géants sont encore pire. "Alors j'ai décidé de me faire marin". Il se forme, cherche des contacts et finit par embarquer sur un voilier pour Antigua, les Açores, et finalement Falmouth en Cornouailles.

Son séjour britannique tourne mal: il se casse un pied, attend plusieurs mois avant de se remettre en selle et se résout finalement à prendre un ferry pour traverser la Manche, faute de voilier en plein hiver.

lessentiel.lu avec AFP

Après son étape parisienne, Charles Brigham projette de rouler vers Madrid, de rejoindre le Maroc via Gibraltar, puis de traverser l'Afrique du Nord vers l'Égypte, Israël, la Syrie, l'Iran, le Pakistan, l'Inde et la Thaïlande, et d'emprunter des voiliers d'île en île jusqu'à l'Australie. Son périple doit ensuite l'emmener en Nouvelle Zélande, en Amérique du Sud (qu'il remontera à vélo) et finalement aux États-Unis.

Ton opinion