Au Luxembourg – Il n'a pas vu ses enfants pendant 202 jours
Publié

Au LuxembourgIl n'a pas vu ses enfants pendant 202 jours

LUXEMBOURG - Pour des raisons motivées par la crise sanitaire puis un conflit parental, un papa n'a pas vu ses enfants de 6 et 7 ans entre avril et octobre.

Une histoire qui rappelle comment le contexte général cette année a aussi compliqué certaines situations très intimes...

Une histoire qui rappelle comment le contexte général cette année a aussi compliqué certaines situations très intimes...

Pixabay

Le 7 octobre 2019, le tribunal d'arrondissement de Diekirch prononçait le divorce de Julien* et son épouse. Fixant la résidence des trois enfants du couple «en alternance aux domiciles de leurs parents une semaine sur deux». Un fonctionnement officialisé qui a perduré «jusqu'au début de l'état de crise» lié à l'épidémie de coronavirus, raconte le papa à L'essentiel. Selon lui, tout a basculé le 23 mars 2020, quelques jours après les premières mesures de confinement décidées par le gouvernement luxembourgeois. La maman avance alors «la crise sanitaire» pour demander à ce que les deux plus jeunes enfants, de 6 et 7 ans, «restent confinés au domicile de leur mère jusqu'à nouvel ordre des autorités».

Et c'est véritablement à partir de début avril que le papa n'a plus revu ses deux plus jeunes enfants. Un témoignage confirmé par des dépôts de plainte et différents documents de justice consultés par L'essentiel. «Ils ont vu leur père à maintes reprises sonner à la porte et repartir sans eux», explique un avocat de l'homme qui avait même écrit, fin mai, aux ministres de la Justice et de l'Enfance. Sans succès. Pas plus que les différentes étapes judiciaires sollicitées. Jusqu'à il y a quelques jours...

Aucune contre-indication

La maman n'a pas donné suite aux sollicitations de L'essentiel. Par voix de justice, elle motivait son choix «par le comportement du père qui aurait engendré un changement du comportement des enfants», et demandait la fin de la résidence alternée. La défense de Julien estimait néanmoins pouvoir trouver une conciliation malgré une situation à l'arrêt. Le rapport d'une thérapie familiale a conclu, début octobre, à «aucune contre-indication à ce que le père reprenne les enfants».

Une audience, fin octobre, a finalement enclenché «une reprise progressive des gardes» pour le papa, et un retour de la garde alternée, «à partir de la première semaine de janvier 2021». Il sera donc resté «202 jours», depuis le 6 avril, sans voir les deux petits cette année. «Le maintien de la résidence alternée présente l'avantage de la stabilité telle qu'elle avait existé avant le confinement», a relevé le juge aux affaires familiales. Une histoire qui rappelle comment le contexte général cette année a aussi compliqué certaines situations très intimes...

*Prénom modifié

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Ton opinion