Basketball: Il rêvait de NBA, il perd la vie dans une fusillade à Harlem
Publié

BasketballIl rêvait de NBA, il perd la vie dans une fusillade à Harlem

Darius Lee, l’un des plus sûrs espoirs du basket américain, a été tué par balle lundi dans des circonstances qui restent à éclaircir.

par
Simon Meier
Darius Lee sortait d’une saison remarquable avec son équipe. A 21 ans, il semblait s’avancer vers une carrière prometteuse.

Darius Lee sortait d’une saison remarquable avec son équipe. A 21 ans, il semblait s’avancer vers une carrière prometteuse.

Twitter@HBUBasketball

Le basket américain est en deuil. Darius Lee, l’un des plus solides espoirs du pays, a trouvé la mort lundi à Harlem, le quartier new-yorkais où il avait grandi. Le jeune homme de 21 ans, qui exerçait ses talents dans son équipe universitaire de Houston Baptist, a été touché par une balle en pleine poitrine, lors d’une fusillade qui a par ailleurs fait une dizaine de blessés. Emmené à l’hôpital peu après minuit, il y a succombé. Une arme à feu a été découverte sur les lieux du drame et une enquête policière est en cours afin d’en éclaircir les circonstances.

«La seule chose qui puisse nous consoler en ce moment, c’est de savoir où Darius se trouve. Il est dans les bras de Jésus…»

Rpn Cottrell, entraîneur de Houston Baptist University

Une chose est sûre: le destin de Darius Lee, qui était revenu parmi les siens à l’occasion de la trêve estivale, a définitivement basculé. «Nous sommes sous le choc, nous ne parvenons pas à réaliser cette nouvelle, a commenté Ron Cottrell, son entraîneur. J’ai le cœur brisé pour sa mère, sa sœur et toute sa famille, de même que pour notre équipe. La seule chose qui puisse nous consoler en ce moment, c’est de savoir où Darius se trouve. Il est dans les bras de Jésus… Nous le savons. Et un jour, nous le reverrons.»

Meilleur joueur de son équipe la saison passée, avec 18,2 points et 8,3 rebonds par match en moyenne, Darius Lee devait boucler son diplôme dans le management du sport en décembre. La NBA semblait déjà lui tendre les bras, l’avenir lui appartenait. La fatalité en a voulu autrement. La fusillade a eu lieu à l’occasion d’un rassemblement organisé par le rappeur Rich Rhymer. L’onde de choc est retentissante, encore renforcée par le contexte actuel aux Etats-Unis, où les éclats de ce genre ne cessent de se multiplier.

«Cela n’était pas seulement un formidable joueur de basket, c’était aussi et avant tout un être humain de grande valeur, a ajouté Ron Cottrell. Je ne suis pas capable de penser au basket en ce moment. Je ne peux que penser au rayonnement qui fut celui de Darius durant son court passage sur Terre. C’était une joie de l’entraîner, nous l’avons tous énormément aimé.»

Ton opinion

0 commentaires