Champion du Luxembourg – Il s'envole pour Istanbul avec ses drones

Publié

Champion du LuxembourgIl s'envole pour Istanbul avec ses drones

LUXEMBOURG - Daniel Gitzinger est le premier champion luxembourgeois de courses de drones. Il représentera son pays à la Coupe du monde, du 20 au 23 septembre, en Turquie.

À 32 ans, Daniel Gitzinger est sorti vainqueur du tout premier championnat de courses de drones, à Mersch. Pour se parer du titre de champion national, on ne peut pas dire qu'il ait pris les choses à la légère. En effet, deux semaines avant la course, ce fanatique s'est entraîné d'arrache-pied sur ordinateur, ne fermant quasiment pas l’œil et reproduisant quotidiennement le parcours. «Nous avions tous plus ou moins le même niveau, sauf que j'avais le plus d'expérience. Je voulais me classer parmi les quatre premiers», raconte-t-il. Le meilleur restait cependant à venir.

Depuis environ quatre ans, ce sport de rapidité très tendance conquiert le monde. 2014 est aussi l'année de la première prise de contact du photographe amateur avec un drone. «À l'époque, je m'étais rendu à une exposition de modélisme à Friedrichshafen (NDLR: dans le sud de l'Allemagne) avec un copain. C'est là que j'ai acheté mon tout premier drone en plastique», se souvient-il. Un an plus tard, il a acquis son premier vrai engin. «La première semaine, j'ai vomi plusieurs fois, mais après, ça allait», raconte-t-il avec le sourire. Étant donné que pour diriger ces petits engins volants, on s'équipe de lunettes transmettant l'image en temps réel, le corps peut réagir de manière violente, surtout chez les novices. Une fois cette phase désagréable surmontée, Daniel Gitzinger savait qu'il avait trouvé sa passion.

Un loisir onéreux

Dans un premier temps, Daniel Gitzinger s'est servi du drone pour faire des photos. Or, il dit s'être très vite ennuyé. En août 2015, il a donc pris part à sa première course à Bexbach (en Sarre). «C'était très amusant, même si ce n'était pas encore un franc succès», dit le natif de Wasserbillig. Il s'est entraîné avec acharnement, tant sur le terrain que sur ordinateur. Car, grâce à un simulateur de courses, on peut voler même par mauvais temps. Au cours des dernières années, il a pris part à de nombreuses compétitions et n'a cessé de progresser. Il peut compter sur l'attitude compréhensive de son épouse. Car cette activité coûte beaucoup de temps et d'argent. Ce père de famille, qui réside à Dudelange, dit dépenser environ 300 euros par mois pour son loisir. Il compte aujourd'hui 16 drones dans sa collection dont la valeur individuelle atteint plusieurs centaines d'euros. Récemment, il a acquis trois nouveaux engins - en vue d'un événement particulièrement spécial.

En remportant le championnat du Luxembourg, Daniel Gitzinger s'est qualifié pour la Coupe du monde de courses de drones qui aura lieu du 20 au 23 septembre, à Istanbul. 64 athlètes du monde entier - dont les meilleurs professionnels de la discipline - s'y affronteront. «Je me réjouis follement. J'aimerais terminer dans le top 15. Mais c'est vraisemblablement impossible», dit Daniel. Le vainqueur remportera un prix de 25 000 euros. Un événement qui risque de valoir quelques nuits d'insomnie à Daniel Gitzinger.

(Henning Jochum/L'essentiel)

Ton opinion