Meurtre en France – Il tente de scier son crâne pour enlever la balle

Publié

Meurtre en FranceIl tente de scier son crâne pour enlever la balle

Cinq toxicomanes sont jugés à Albi pour le meurtre d'une marginale. L'un des accusés a essayé de scier le crâne de la victime, espérant en retirer la balle.

Quatre hommes et une femme, amis liés par la consommation de drogue et d'alcool, âgés de 20 à 34 ans, sont jugés de lundi à vendredi à Albi.

Quatre hommes et une femme, amis liés par la consommation de drogue et d'alcool, âgés de 20 à 34 ans, sont jugés de lundi à vendredi à Albi.

AFP

Soupçonnée d'avoir volé une voiture, Myriam Fedou-Bonsirven, 37 ans, est tuée en 2017 d'une balle dans la tête, brûlée et jetée dans un fossé: ses meurtriers comparaissent devant la cour d'assises du Tarn. Quatre hommes et une femme, amis liés par la consommation de drogue et d'alcool, âgés de 20 à 34 ans, sont jugés de lundi à vendredi à Albi. Ils reconnaissent les faits.

Le plus sordide dans cette affaire, c'est qu'un des accusés a essayé de scier le crâne de la victime, espérant en retirer la balle. Les accusés affirment que le meurtre est accidentel. Habib Ryan et Fabrice Eyglier veulent faire avouer à Myriam Fedou le vol de la voiture d'une de leurs amies, Anissa Dubreucq. Un coup de feu est tiré, mortel. Tous les trois sont accusés d'«enlèvement» et de «séquestration suivie de mort».

Pourquoi ce périple meurtrier?

«Il plaide coupable, il reconnait être responsable de la mort de Myriam, dit son avocat Christian Etelin. C'est un homme tout à fait ordinaire, sans passé judiciaire, travailleur, s'intéressant à la culture. Comment a-t-il pu commettre ce crime qui apparait odieux?» Olivier Boonstoppel, avocat du frère de la victime, qui s'est constitué partie civile, s'étonne: «On sait que Myriam leur dit rapidement où se trouve le véhicule, ce que l'on ne parvient pas à s'expliquer c'est pourquoi ils poursuivent ce périple meurtrier et ce qu'ils font subir au cadavre de cette malheureuse.»

Le meurtre est survenu dans le Tarn, mais les pompiers ont retrouvé son cadavre le 24 septembre 2017 dans l’Aude, département voisin. Deux autres accusés sont soupçonnés d'avoir aidé à nettoyer la scène de crime et à faire disparaitre le corps, pour l'un, d'avoir menacé la marginale avec un faux revolver, pour l'autre.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion