En Europe – «Il y a 3 à 6 millions d'armes dans les Balkans»

Publié

En Europe«Il y a 3 à 6 millions d'armes dans les Balkans»

Les millions d'armes légères circulant dans les Balkans, dont certaines ont servi lors d'attentats, sont une «menace majeure pour la sécurité européenne», selon Paris et Berlin.

Les ministres français et allemand se rencontraient dans le cadre d'une initiative de coordination sur la lutte contre les trafics d'armes à feu, dans les Balkans occidentaux.

Les ministres français et allemand se rencontraient dans le cadre d'une initiative de coordination sur la lutte contre les trafics d'armes à feu, dans les Balkans occidentaux.

AFP

Ces armes «sont une menace majeure pour la sécurité européenne», a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lors d'une déclaration à la presse avec son homologue allemand Heiko Maas, qui a jugé «la situation inacceptable. Des terroristes et des criminels continuent à tuer des gens dans toute l'Europe». «Europol estime qu'il y a entre 3 et 6 millions d'armes à feu actuellement en circulation dans les Balkans occidentaux. C'est énorme», a déclaré le ministre français. Cette région regroupe la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, l'Albanie, le Kosovo, la Macédoine, le Monténégro et la Serbie.

Les armes en provenance de ce secteur sont largement utilisées par les réseaux criminels et terroristes. Le haut magistrat français Robert Gelli, directeur des affaires criminelles et des grâces, estimait en 2016 que le milieu serbe apparaît dans un tiers des enquêtes menées en France pour du trafic international d'armes (31,5%).

Utilisées en 2015 en France

Les deux ministres se rencontraient dans le cadre d'une initiative franco-allemande de coordination sur la lutte contre les trafics d'armes à feu dans les Balkans occidentaux, lancée fin 2017 et fixant certains objectifs pour 2024. La France envisage par exemple de contribuer au financement d'équipements et de logiciels d'identification pour les forces de l'ordre. Paris va aussi «mettre en place un poste de coopérant chargé de la lutte contre le trafic d'armes à feu, à l'ambassade à Belgrade», a expliqué M. Le Drian.

«Lors des attentats en France en janvier et novembre 2015, les terroristes avaient utilisé des armes illicites en provenance de cette région», a rappelé le ministre français. Les tueurs des attentats du 13 novembre 2015, à Paris et dans sa périphérie, revendiqués par le groupe État islamique, disposaient par exemple de «zastava», la version serbe de l'AK47 russe.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion