En Belgique – Il y a 5 ans, les attentats de Bruxelles

Publié

En BelgiqueIl y a 5 ans, les attentats de Bruxelles

La Belgique rend ce lundi un hommage national aux victimes des attentats jihadistes du 22 mars 2016, une date qui reste gravée dans les mémoires, cinq ans après.

King Philippe - Filip (R) and Queen Mathilde of Belgium attend a commemoration ceremony at the Maelbeek Metro Station for the fifth anniversary of the 2016 terrorist attacks in Brussels, on March 22, 2021. - On March 22 2016, 32 people were killed and 324 got injured in suicide bombings at Brussels airport and in the Brussels' subway, which were claimed by IS. (Photo by CHRISTOPHE LICOPPE / POOL / AFP)

King Philippe - Filip (R) and Queen Mathilde of Belgium attend a commemoration ceremony at the Maelbeek Metro Station for the fifth anniversary of the 2016 terrorist attacks in Brussels, on March 22, 2021. - On March 22 2016, 32 people were killed and 324 got injured in suicide bombings at Brussels airport and in the Brussels' subway, which were claimed by IS. (Photo by CHRISTOPHE LICOPPE / POOL / AFP)

AFP/Christophe Licoppe

La Belgique rend lundi un hommage national aux victimes des attentats jihadistes du 22 mars 2016, une date qui reste gravée dans les mémoires, cinq ans après comme celle des pires attaques subies par le pays depuis la Seconde Guerre mondiale. Ce matin-là une double attaque suicide, à l'aéroport international de Bruxelles puis dans une station de métro du quartier européen, fait 32 morts et plus de 340 blessés, des actes revendiqués par l'organisation État islamique (EI).

Le petit pays de 11,5 millions d'habitants est touché en plein cœur comme l'a été la France quelques mois auparavant. Quatre jours plus tôt, Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos ayant frappé Paris le 13 novembre 2015 (130 morts), a été arrêté à Bruxelles après quatre mois de cavale. D'après les enquêteurs, son interpellation a vraisemblablement accéléré le passage à l'acte des autres membres de cette cellule jihadiste repliés en Belgique, qui se sentaient traqués par la police.

Petit comité

Lundi, à 7h58 puis 9h11, à l'heure où les explosions se sont produites à l'aéroport de Zaventem et au métro Maelbeek, «un moment de silence et de recueillement» a été observé sur place. En raison de la pandémie, il a eu lieu en petit comité, en présence du roi des Belges, Philippe, et de la reine Mathilde, accompagnés du Premier ministre, Alexander De Croo, et de son épouse. Discours et témoignages de blessés ou de proches de personnes tuées sont prévus dans un deuxième temps, à 12h15, lors d'une cérémonie télévisée organisée à côté des institutions européennes, là où a été érigé un monument dédié aux victimes d'actes terroristes.

L'hommage national, qui associe les associations de victimes Life4Brussels et V-Europe, intervient sur fond de critiques en raison des lenteurs de l'administration et des assurances pour prendre en charge les préjudices des attaques. «Il m'a fallu près de 5 ans pour obtenir une indemnisation pour la perte de mon conjoint. Mon fils ne l'a toujours pas reçue», raconte à l'AFP Charlotte Dixon-Sutcliffe, dont le mari, un expatrié britannique à Bruxelles, compte parmi les seize morts du métro Maelbeek.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion