Une foire pour l’emploi – Ils cherchent une carrière à Moovijob

Publié

Une foire pour l’emploiIls cherchent une carrière à Moovijob

LUXEMBOURG - Le salon Moovijob se déroule ce vendredi à LuxCongrès. Avec une centaine de société présentes, les possibilités de trouver un emploi sont nombreuses, et les candidats aussi.

Dès l'ouverture des portes de LuxCongrès, ce vendredi à 9h, la foule se pressait pour tenter d'aller dégoter un nouveau job au salon Moovijob. À la recherche d’un premier emploi, nouveau boulot pour des chômeurs ou nouvelles perspectives de carrière, chacun vient, en tous cas, avec sa pile de CV sous le bras. Et avec beaucoup d’espoir.

«C'est bien de réunir tous ces employeurs», affirme Francisca. Cette jeune juriste italienne de 26 ans vient de terminer son stage au Parlement européen et s'est donnée deux mois pour trouver un emploi au Luxembourg. «La situation économique est meilleure ici que dans d’autres pays d’Europe», explique-t-elle. «Et si on va sur ce type de salon à Bruxelles ou dans d’autres grandes villes, il y a beaucoup plus de monde et donc bien plus de concurrence».

«Il faut souvent parler au minimum trois langues»

Clairsy et Lysiane, 22 et 23 ans, sont venues de Metz pour essayer de trouver un emploi, l’une dans l’assistanat de direction, l’autre dans le commercial. «On peut trouver des offres pour toute la Grande région», constate Lysiane. Qui estime aussi que c’est un grand avantage de «pouvoir rencontrer les recruteurs en face à face».

Sur chaque stand, en effet, les candidats laissent leurs cv, expliquent leurs motivations de vive voix. Des mini-entretiens d’embauche se déroulent un peu partout dans LuxCongrès. Et les stands des sociétés des secteurs de la banque et de l’assurance reçoivent toujours un flot ininterrompu de candidats.

Oksana, une Belge de 34 ans, a ainsi rencontré plusieurs recruteurs, pour un emploi dans l’administratif. «J’ai posé pas mal de CV», dit-elle. «Le problème, c’est que je ne parle pas très bien luxembourgeois. Et il faut souvent parler au minimum trois langues». Malgré cette petite lacune qu’elle corrige en prenant des cours de langue, la jeune femme est optimiste. Avec autant d’employeurs potentiels, elle espère trouver un job.

(L'essentiel Online/JW)

Infos pratiques

Le salon Moovijob se poursuit jusqu’à 17h, ce vendredi, à LuxCongrès, au Kirchberg. Entrée libre.

Ton opinion