Au Luxembourg – Ils dissèquent vos poubelles pour les analyser

Publié

Au LuxembourgIls dissèquent vos poubelles pour les analyser

BETTEMBOURG - L'administration de l'Environnement a lancé sa traditionnelle analyse du contenu des poubelles grises des ménages luxembourgeois.

Chaque jour, autour de 700 camions passent par l'immense site de gestions des déchets de Lamesch, à Bettembourg. Parmi eux, en ce moment, quatre conteneurs viennent chaque jour avec des déchets ménagers, les fameuses poubelles grises que chaque famille du Luxembourg utilise. Normalement, ces déchets sont directement brûlés après la collecte. En ce moment, ils sont analysés pour le compte de l'administration de l'Environnement.

Pendant quatre semaines, en ce moment, et quatre autres à l'été, une équipe d'une demi-douzaine de personnes analyse le contenu de vos poubelles, pour ajuster ses mesures et campagnes de sensibilisation. Pour ce faire, quinze communes ont été sélectionnées, pour créer un échantillon représentatif de la diversité du Luxembourg. Chaque jour, les poubelles collectées devant les maisons arrivent dans un des hangars de Lamesch, où l'entreprise a mis une pièce à disposition du bureau d'étude EcoConseil, mandaté par l'Administration de l'environnement pour mener l'étude.

Autour d'une tonne de poubelles par jour

Ces poubelles sont ensuite toutes éventrées, les déchets passent sur un tapis roulant devant la demi-douzaine de personnes, une moitié de chez Lamesch, l'autre de chez EcoConseil, qui sont chargées du tri. Une tonne de déchets défilent devant ces personnes chaque jour. Dans un premier temps, ils trient grossièrement entre plastiques, papiers, produits d'hygiène... avant de préciser le tri en classant chaque déchet dans une des 42 fractions prédéfinies. Chacune est pesée au gramme près, pour savoir précisément ce que contiennent les poubelles du pays.

Et, parmi les déchets visibles ce mercredi matin, des bouteilles en plastique, des cannettes et des emballages qui auraient pu être valorisées en étant jetées dans des sacs bleus. Des vieux papiers qui auraient pu être recyclés en étant emmenés au conteneur, des déchets organiques qui auraient pu être compostés... La route pour diminuer la quantité de déchets au Luxembourg est encore longue.

Moins de déchets par habitant

Cette étude est menée régulièrement depuis le début des années 1990. «C'est un élément-clé, pour nous, pour voir où on en est dans notre stratégie de gestion des déchets. On peut voir si on s'est rapprochés de nos buts, qui sont d'éviter au maximum les déchets et d'utiliser les ressources qui y sont disponibles dans l'économie circulaire», explique Marc Hans, expert de l'administration de l'environnement.

Par exemple, la précédente étude menée entre 2018 et 2019 avait permis de constater une nette baisse des bouteilles en plastique dans les poubelles. De 19 kilos par habitant et par an en 2010, les résidents étaient tombés à 2,6 kilos. Globalement, en 2018/2019, chaque habitant mettaient 193,6 kilos de déchets par an dans les poubelles grises, contre 260,6 kilos en 2004. Un progrès, atténué par l'augmentation constante de la population.

L'étude en cours permettra aussi d'analyser les actions qui ont fonctionné, ou pas, et de cibler concrètement les besoins. Après la précédente étude, «les sacs bleus de Valorlux ont été élargis sur certaines choses, comme les films en plastique, les gobelets... Là on s'attend clairement à une diminution de cette fraction qui est recyclable», reprend Marc Hans.

(jw/L'essentiel)

Le masque à la poubelle

La grosse nouveauté de l'analyse de cette année, ça devrait être les déchets liés au Covid. Comme ils sont composés de plastique pas recyclable, les masque chirurgicaux et autres autotests sont à jeter avec les déchets dans la poubelle grise. Et pas par terre, comme cela se voit encore trop souvent.

Ton opinion