Catholiques aux Etats-Unis – Ils jeûneront contre tous les contraceptifs

Publié

Catholiques aux États-UnisIls jeûneront contre tous les contraceptifs

Des évêques catholiques ont appelé à une journée de jeûne pour protester contre la décision de l'administration Obama d'inclure les contraceptifs dans les assurances-maladie.

Pour les évêques de Pennsylvanie, la réforme de l'administration Obama «représente une attaque sans précédent contre la liberté religieuse».

Pour les évêques de Pennsylvanie, la réforme de l'administration Obama «représente une attaque sans précédent contre la liberté religieuse».

AFP

Dans une lettre ouverte, la Conférence des évêques de Pennsylvanie affirme que cette obligation, qui n'est pas encore en vigueur et fait l'objet de nombreuses polémiques, «représente une attaque sans précédent contre la liberté religieuse». «Nous, évêques de Pennsylvanie, demandons à tous les catholiques de dédier à la sauvegarde de la liberté religieuse le jour de vendredi 30 mars, jour traditionnel de Carême et de jeûne», dit la lettre.

«Ce jour-là, offrez votre sacrifice à la cause de la liberté religieuse, au fait qu'on accorde à l'Église le simple droit de faire ce qu'elle prêche et que les yeux de nos dirigeants politiques s'ouvrent aux droits de tous les Américains, y compris les croyants», ajoute la lettre.

Compromis proposé rejeté par les évêques

Datée du 7 mars et consultée mardi sur le site de la Conférence, la lettre a été lue dimanche dans quelques paroisses de Philadelphie, rapporte mardi le Phildelphia Inquirer. L'archevêché est également partenaire d'une manifestation organisée le 23 mars à Philadelphie. Trois millions de catholiques vivent en Pennsylvanie, dont Rick Santorum, candidat à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle américaine.

La conférence des évêques catholiques américains a déjà fait part de son opposition à la réforme qui prévoient que les contrats d'assurance-maladie incluent à partir du 1er août les contraceptifs. Le président des États-Unis Barack Obama avait annoncé un compromis, également rejeté par les évêques au nom de la liberté religieuse.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion