Face au virus Ebola – «Ils n'ont aucune chance de survivre»

Publié

Face au virus Ebola«Ils n'ont aucune chance de survivre»

LUXEMBOURG – Actuellement en mission en Sierra Leone, le Dr Rony Zachariah, de MSF Luxembourg, dénonce «l’inaction de la communauté internationale» pour contrer Ebola.

Le Dr Rony Zachariah est responsable de l’unité de recherche opérationnelle chez MSF.

Le Dr Rony Zachariah est responsable de l’unité de recherche opérationnelle chez MSF.

MSF

Le Dr Rony Zachariah, responsable de l’unité de recherche opérationnelle chez MSF, est actuellement en mission en Sierra Leone. Mardi, il a témoigné et tout raconté des ravages occasionnés par l’épidémie Ebola. «La situation sur le terrain est horrible, indique-t-il. Les personnes infectées meurent dans d’atroces souffrances. C’est une catastrophe sans précédent et les gouvernements interpellés par MSF pour agir immédiatement continuent à faire la sourde oreille. MSF appelle à l’aide, mais les États ne répondent pas et utilisent l’aide humanitaire comme un alibi à leur inaction».

Pour le Dr Zachariah, «le plus dramatique dans cette épidémie n’est pas le virus Ebola, mais l'inaction de la communauté internationale sur le terrain». Il poursuit: «Au fond de mon cœur, je sens une certaine trahison de la part de la communauté internationale. Envers les populations d’Afrique de l’Ouest, mais aussi envers les équipes MSF sur le terrain qui travaillent sans relâche pour essayer d’endiguer l’épidémie sans être soutenues efficacement».

MSF met notamment en cause le nombre de lits disponibles pour soigner les malades. 160 en Guinée, 620 au Liberia et 304 en Sierra Leone. Il en faudrait 210, selon l’OMS, en Guinée, 2 930 au Liberia et 1 148 en Sierra Leone. «Le nombre de lits disponibles est nettement en deçà des besoins», tranche le Dr Rony Zachariah. «De plus, l’accès aux centres de traitement Ebola est un problème majeur. À Kailahun, en Sierra Leone, par exemple, trois ambulances sont disponibles pour une population de 400 000 personnes. Comment, dans ces conditions, les personnes contaminées pourraient-elles avoir une chance de survivre?» s’interroge le médecin. Selon les derniers bilans, Ebola a tué jusqu’ici plus de 4 000 personnes.

(Pierre Théobald)

Ton opinion