Ils ne sont plus dans la rue, mais la rue est toujours à eux
Publié

Ils ne sont plus dans la rue, mais la rue est toujours à eux

Vendredi soir, La Rue Kétanou est descendue dans «Les Arènes» de Metz.

«Cette chanson est dédiée à Niño, rencontré avec sa guitare sur un banc». Vendredi après-midi, balade dans les rues de Metz avec le chanteur Olivier de La Rue Kétanou, un peu désœuvré. Et là, rencontre avec Niño. Et promesse faite au jeune Gitan d'un bœuf après le concert.

Après les flâneries, 20 heures tapantes, le concert débute devant 2 800 aficionados. Florent Vintrigner, accordéoniste de la Rue Kétanou, ouvre le bal avec des chansons de son album solo «T'inquiète, Lazare», né durant la pause du groupe. Debout sur le Zinc enchaîne avec sa multitude d'instruments, du banjo à la clarinette en passant par la contrebasse.

Tant attendue, La Rue Kétanou entre ensuite en scène, sous un tonnerre d'applaudissements qui les suivra jusqu'à la fin de la soirée. Les trois musiciens nous présenteront des morceaux de leur nouvel album «À contresens», les mélangeant avec les plus connus des anciens comme «Almarita» ou encore «Un mot pour tous».

La Rue Kétanou reste fidèle à son style, tout en émaillant son set de petites mises en scène. Chose promise, chose due. Dans les loges on quittera Niño, le Gitan, et le guitariste Mourad penchés sur leurs guitares. Dommage que le groupe ne joue plus souvent dans la rue… pourtant, c'est la Rue qu'est à Nous!

Chloé Murat

(avec sg)

Ton opinion