Déconfinement à l'école – «Ils ont appris qu'ils devraient être là à 7h»

Publié

Déconfinement à l'école«Ils ont appris qu'ils devraient être là à 7h»

LUXEMBOURG - Les annonces successives des mesures pour la rentrée des classes créent la confusion pour les écoles et les communes. Les syndicats ont réagi.

Les communes naviguent à vue pour savoir quel sera leur besoin en personnel pour la rentrée lundi.

Les communes naviguent à vue pour savoir quel sera leur besoin en personnel pour la rentrée lundi.

«Les écoles ont mis en place un sens unique de circulation à travers le bâtiment pour que les élèves ne se croisent pas et maintenant, on nous explique que des écoliers peuvent se regrouper le matin et à midi», fulminait hier, dans un communiqué, le syndicat d'enseignants SNE/CGFP.

Les détails des mesures pour la rentrée du fondamental du 25 mai, délivrés vendredi dernier par le ministre de l'Éducation nationale, Claude Meisch, créent du remous. L'annonce que les parents devant se rendre au travail tôt pourront laisser leurs enfants à l'école, dès 7h, et qu'une surveillance sera assurée avant le début de la classe, a fait l'effet d'une bombe. «Les instituteurs l'ont appris vendredi, en même temps que le reste du pays», tempête le SNE/CGFP.

Compliqué dans le bus

Hier, après une entrevue avec le syndicat des communes SYVICOL, le ministre de l'Éducation a précisé que l'accueil à 7h ne débuterait que le 8 juin et s'appliquerait à un nombre très réduit de parents.

Actuellement, les communes tentent de calculer précisément les effectifs dont elles auront besoin et la quantité de personnel à recruter. Elles naviguent à vue, avancent en substance le SEW/OGBL et le Landesverband. Les deux syndicats préviennent que certaines manquent de personnel et de salles de classe et que la distance de sécurité va être très compliquée à faire respecter dans les bus.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Ton opinion