Affaire d'extorsion: «Ils ont braqué leurs armes sur moi»: le témoignage glaçant de Paul Pogba

Publié

Affaire d'extorsion«Ils ont braqué leurs armes sur moi»: le témoignage glaçant de Paul Pogba

Des hommes cagoulés et armés, un braquage et des menaces. Le journal Le Monde livre le récit de la tentative d'extorsion dont a été victime Paul Pogba en région parisienne.

Paul Pogba a été victime d'une tentative d'extorsion en France.

Paul Pogba a été victime d'une tentative d'extorsion en France.

AFP

19 mars 2022. Six jours avant de disputer un match amical avec l'équipe de France conte la Côte d'Ivoire, Paul Pogba profite de la trêve internationale et d'un rassemblement des Bleus à Clairefontaine pour se rendre à Roissy-en-Brie, la commune où il a grandi. L'occasion pour lui de passer du temps avec sa famille et un ami d'enfance. La suite est digne d'un polar urbain et le retour aux sources tourne rapidement au cauchemar pour Paul Pogba, raconte le journal Le Monde dans un récit glaçant d'une tentative d'extorsion en bande organisée.

Après avoir passé plusieurs heures avec son «ami» Boubacar C., l'international français (91 sélections, 11 buts) se met en route pour regagner son hôtel autour de minuit, mais est interpelé par d'autres connaissances. Adama C. et les frères Machikour et Roushdane K. emmènent le footballeur dans un appartement situé dans une commune voisine, à Chanteloup-en-Brie.

«Ta gueule, baisse les yeux»

Sur place, Paul Pogba se fait confisquer son téléphone portable. Deux hommes cagoulés, porteurs de gilets pare-balles et lourdement armés font alors irruption dans la pièce et le mettent en joue. Roushdane K. lui annonce la couleur. Le joueur, qui évolue alors à Manchester United, est sommé de leur verser 13 millions d'euros, dont 3 millions en liquide en contrepartie d'une protection accordée depuis le début de sa carrière.

«J'avais peur. Les deux gars ont rebraqué leurs armes sur moi. Du coup, en étant braqué ainsi, sous la menace, je leur ai dit que j'allais payer (…) Ils criaient: “Ta gueule, baisse les yeux”», a expliqué le champion du monde aux enquêteurs.

Quand les deux hommes repartent, Roushdane K. tente de se justifier auprès de Pogba: «Il m'a dit qu'il fallait que je les paye, sinon on était tous en danger (…) Il a expliqué que ce qui venait de se passer c'est normal lorsqu'on est un joueur de foot connu». Paul Pogba a finalement pu repartir à 4 heures du matin, non sans connaître l'objet du chantage: un document prouvant qu'il aurait tenté de marabouter Kylian Mbappé.

Une scène terrifiante qui n'a pas convaincu immédiatement le sportif de 29 ans d'impliquer les autorités. Au contraire, le joueur a bel et bien sorti le chéquier: 100 000 euros en petites coupures à Boubacar C., des virements de plusieurs dizaines de milliers d'euros à deux suspects, la signature d'un contrat l'engageant à des investissements dans la crypto-monnaie et un virement de 13 millions d'euros vers le compte d'un des «amis». Le footballeur s'est ensuite rétracté concernant le transfert de cette somme importante.

C'est après un nouveau coup de pression, le 14 juillet à Turin, à l'issue d'un entraînement dans son nouveau club de la Juventus que Paul Pogba a finalement décidé de déposer plainte. En marge de l'enquête lancée en Italie, les investigations de l’Office central de lutte contre le crime organisé menées en France ont bien avancé.

À l'origine de la vidéo qui a déclenché la tempête médiatique et identifié par Paul Pogba parmi les intimidateurs présents à Turin, son frère Mathias Pogba a été mis en examen pour extorsion en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs criminelle. Il a été placé en détention provisoire. Selon une source proche de l'enquête, il a été placé sous le statut plus favorable de témoin assisté pour les faits de séquestration dans la nuit du 19 au 20 mars.

Mathias et Paul Pogba.

Mathias et Paul Pogba.

«Nous allons contester cette décision», a immédiatement réagi sur BFMTV son avocat Me Yassine Bouzrou. Quatre autres suspects ont également été mis en examen notamment pour extorsion avec arme, séquestration en bande organisée et association de malfaiteurs criminelle.

Pour leur défense, les cinq suspects ont détaillé aux enquêteurs être victimes d'un «second cercle» de maîtres chanteurs, preuves à l'appui. Menaces, intimidations, voiture brûlée et même violence par arme à feu (Roushdane K. dit avoir reçu une balle dans la main), Mathias Pogba et les autres personnes mise en causes ont assuré aux policiers avoir agi par crainte de représailles.

(th)

Ton opinion

4 commentaires