Imbroglio judiciaire en Belgique

Publié

Imbroglio judiciaire en Belgique

Une juge très en vue en Belgique a affirmé lundi qu'une «opération de démolition» était menée contre elle par le chef de la police judiciaire, qui l'accuse d'avoir accepté des pots-de-vin.

La juge Francine De Tandt, qui s'est illustrée dans l'affaire Fortis, est l'objet de soupçons de corruption.

La juge Francine De Tandt, qui s'est illustrée dans l'affaire Fortis, est l'objet de soupçons de corruption.

afp

La juge Francine De Tandt, 63 ans, est devenue célèbre en novembre 2008 en autorisant l'État belge à vendre la banque Fortis, au bord de la faillite, au français BNP Paribas sans demander l'avis des petits actionnaires. Cette décision avait ensuite été annulée en appel.

La juge De Tandt est revenue sur le devant de la scène jeudi, lorsque la police judiciaire (PJ) de Bruxelles a indiqué avoir fait part au ministre de la Justice de soupçons de corruption pesant sur elle et d'autres magistrats.

"J'ai découvert des choses que je n'aurais pas dû découvrir"

Selon le patron de la PJ bruxelloise, Glenn Audenaert, la juge aurait, contre rémunération, donné un coup de pouce à un avocat, Robert Peeters, spécialisé dans le recouvrement d'argent "noir" auprès d'industriels. La PJ a aussi accusé de hauts magistrats d'avoir tenté d'étouffer son enquête. Vendredi, le gouvernement a exigé "toute la clarté" dans un dossier qui menace la "crédibilité des institutions démocratique".

"C'est du harcèlement, s'est défendue lundi Mme De Tandt dans le journal Le Soir. C'est Glenn Audenaert qui mène cette opération de démolition". Selon elle, le patron de la PJ cherche à la déstabiliser car elle aurait touché "à certaines personnes puissantes", "certains industriels".

L'avocat mis en cause, Robert Peeters, défend la même position: "J'ai découvert des choses que je n'aurais pas dû découvrir. Des fraudes de plusieurs millions d'euros concernant des connaissances de Glenn Audenaert", a-t-il ajouté. "La presse raconte n'importe quoi mais ma carcasse le supportera", a déclaré Mme De Tandt qui a repris lundi ses activités au tribunal.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion