Au Luxembourg – Immobilisées, ces autos agacent les habitants

Publié

Au LuxembourgImmobilisées, ces autos agacent les habitants

DIFFERDANGE - Après Esch, des voitures immobilisées colonisent la voie publique à Differdange. Une solution provisoire serait en vue.

Au parking des Hauts-Fourneaux, les voitures immobilisées côtoient celles stationnées.

Au parking des Hauts-Fourneaux, les voitures immobilisées côtoient celles stationnées.

Nicolas Martin

L'absence de fourrière dans le sud du pays continue de faire des remous et de coloniser l'espace public... Depuis quelques jours, le parking (payant) des Hauts-Fourneaux, en face de la gare et du futur commissariat à Differdange, accueille des véhicules immobilisés par la police (par un sabot) et déposés là par des dépanneuses.

Un effet collatéral, selon nos informations, de la situation critique à Esch-sur-Alzette. Depuis la fermeture en août 2020 de la fourrière «pour raisons de sécurité», la rue Barbourg et les abords du conservatoire y ont été investies par des dizaines de véhicules immobilisés. «Pas vivable pour les résidents, l'école de musique, nos services...», note le bourgmestre, Georges Mischo, qui l'a dénoncé jusqu'à la Chambre des députés. Une personne dont le véhicule, immobilisé sur la voie publique, a été endommagé, a même porté plainte.

«Une solution pour Esch et les autres communes»

En attendant la solution durable d'une possible fourrière sur le site de Raemerich en 2023, l'idée d'un espace provisoire s'est imposée. L'option du Crassier Terre Rouges a été refusée faute de pouvoir «sécuriser le site» mais des discussions sont «sur les bons rails», avec ArcelorMittal et Agora pour un autre site à Esch, admet Georges Mischo. Idéalement, dès fin 2021. «Une solution pour Esch et les autres communes», ajoute-t-il.

Car pour éviter qu'Esch n'hérite de tous les véhicules du sud-ouest (500 à 600 par an depuis la pandémie, 800 à 1 000 avant), la police a, de sources concordantes, et faute d'autre choix été «inofficiellement» invitée à trouver des «solutions locales» pour les véhicules. Lundi, la ville de Differdange indiquait ne pas avoir connaissance de l'existence de cette «fourrière».

(L'essentiel/ Nicolas Martin )

Ton opinion