Au Luxembourg – Individus fuyant d'un camion, les cas en hausse

Publié

Au LuxembourgIndividus fuyant d'un camion, les cas en hausse

CAPELLEN - La police est intervenue, mercredi, après que plusieurs personnes ont pris la fuite en sortant de la remorque d'un camion. Les cas sont plus fréquents.

«Ce n'est pas un phénomène nouveau mais il est vrai que les cas ont été plus fréquents ces derniers mois», indique la police. La destination de ces personnes n'est pas le Luxembourg, mais le Royaume-Uni.

«Ce n'est pas un phénomène nouveau mais il est vrai que les cas ont été plus fréquents ces derniers mois», indique la police. La destination de ces personnes n'est pas le Luxembourg, mais le Royaume-Uni.

En début de semaine, la vidéo de personnes sortant par le toit d'un camion sur la bande d'arrêt d'urgence d'une autoroute du sud du pays avait eu un grand écho sur les réseaux sociaux. Mais ce n'est pas un cas isolé sur les axes routiers luxembourgeois, selon la police qui, comme annoncé par RTL, est intervenue mercredi, sur l'aire de Capellen, dans une situation similaire.

«Peu avant 10h du matin, il nous a été signalé que plusieurs personnes étaient sorties en courant de la remorque d'un camion», explique la police, ce jeudi, à L'essentiel. Sur place, après des recherches, la patrouille a pu «retrouver» sept personnes. La police des étrangers, section de la police judiciaire, a ensuite pris le relais.

Des actes qui ne restent pas sans condamnation

«Ce n'est pas un phénomène nouveau mais il est vrai que les cas ont été plus fréquents ces derniers mois», indique la police, précisant que la destination de ces personnes en transit, venant souvent d'Afrique ou du Proche-Orient, n'est en général pas le Luxembourg, mais le Royaume-Uni. En juin dernier, rappelez-vous, au moment de quitter l'autoroute A6 vers Metz et l'autoroute A3, deux personnes avaient également été filmées en équilibre sur la remorque d'un camion se trouvant en pleine circulation sur l'autoroute A6.

Quelques jours plus tard, toujours au mois de juin 2020, la presse belge avait indiqué que plusieurs trafics d'êtres humains avaient été commis entre l'été 2018 et le printemps 2019 sur des aires autoroutières bien connues au Luxembourg. En particulier sur les aires de Dudelange sur l'A3 et de Sterpenich après l'A6. Un jugement avait été rendu par le tribunal correctionnel de Bruxelles, à ce moment-là, condamnant neuf personnes à des peines de deux à cinq ans de prison pour trafic d'être humains et organisation criminelle. Les prévenus étaient tous originaires du Soudan et d'Érythrée.

(nm/fl/L'essentiel)

Ton opinion