Ingrid Betancourt «est proche de la fin»
Publié

Ingrid Betancourt «est proche de la fin»

Deux des quatre otages libérés mercredi par les Farc ont indiqué que la Franco-colombienne était dans un état de santé très préoccupant.

Luis Eladio Perez a confié qu’il avait vu Ingrid Betancourt le 4 février dernier.

«Ingrid n'allait pas bien du tout. Elle était très très très malade. Le temps est compté. Nous devons prendre des mesures immédiates afin d'obtenir sa libération», a estimé Perez. «Elle était moralement et physiquement épuisée», a-t-il poursuivi lors d'une interview accordée à une radio vénézuélienne.

Gloria Polanco, autre otage à avoir été libérée mercredi par a supplié le président Chavez de tout faire pour obtenir sa libération.

«En tant que femme et mère de famille, je vous demande du plus profond de mon cœur de vous battre pour libérer Ingrid le plus vite possible», a-t-elle dit.

«Elle est très malade, président, très malade. Elle souffre d'une hépatite B récurrente et est proche de la fin», a-t-elle ajouté.

Pour Gloria Polanco, le traitement infligé à l'ancienne candidate à l'élection présidentielle colombienne est «sans pitié». «Elle est enchaînée (...), entourée de personnes qui ne lui ont pas rendu la vie facile», a déclaré l'ex-otage.

Hugo Chavez s'est adressé directement au chef des rebelles Manuel Marulanda par l'intermédiaire de la télévision vénézuélienne.

«Je vous demande de changer Ingrid d'endroit. Transportez-la dans un camp près de vous, pendant que nous continuerons à travailler à sa libération définitive».

La preuve de vie d'Ingrid Betancourt, le 30 novembre dernier
Une preuve de vie d'Ingrid BetancourtHochgeladen von lefigaro

Ton opinion