Football en Iran – Interdite de stade, elle s'immole par le feu

Publié

Football en IranInterdite de stade, elle s'immole par le feu

Arrêtée parce qu'elle tentait d'assister à un match de football, pratique interdite aux femmes en Iran, une supportrice de 29 ans est morte de ses blessures.

La situation a viré au drame cette semaine, avec les suites d'un match disputé en mars dernier au stade Azadi de Téhéran. Tentant de suivre la rencontre de son équipe préféré, Sahar (dont le nom complet n'a pas été officiellement communiqué), une femme de 29 ans, avait été interceptée par la police. Depuis 1981, il est en effet illégal pour les femmes d'assister à des matches en Iran, un état strictement gouverné par les autorités musulmanes.

Relâchée après son arrestation, la supportrice était revenue au poste de police le 1er septembre, pour récupérer son téléphone portable. Informée à cet instant qu'elle risquait jusqu'à six mois de prison pour son insubordination, la femme s'est alors aspergée de combustible et s'est immolée par le feu en guise de protestation.

Une interdiction «insensée»

Présentant des brûlures sur 90% de son corps, Sahar est décédée des suites de ses blessures, quelques jours plus tard, malgré les traitements intensifs de la part des médecins qui l'avaient placée sous respiration artificielle. Selon la sœur de la victime, cette dernière souffrait de trouble bipolaire et sa condition se serait aggravée durant son enfermement.

De nombreuses voix se sont élevées, en Iran et ailleurs, pour protester contre cette interdiction de stade «insensée». Masoud Shojaei, capitaine de l'équipe nationale masculine d'Iran, a publié un message sur son compte Instagram, qui compte quelque 400 000 suiveurs.

«Comme nous sommes choqués par de vieilles interdictions faites aux femmes, les générations futures seront étonnées de découvrir que les femmes étaient interdites d'accès dans les arènes de sport de notre temps, s'est-il emporté. Ces limitations ont pour origine les pensées pourries et dégoûtantes du passé et ne seront pas comprises par la prochaine génération».

(L'essentiel)

Ton opinion