A Esch-sur-Alzette – Invités à mettre la cravate pour amener la culture
Publié

À Esch-sur-AlzetteInvités à mettre la cravate pour amener la culture

LUXEMBOURG - Avec six jours d'avance sur la date officielle, le collectif Richtung 22 organise sa propre ouverture d’Esch2022, avec une fausse cavalcade.

Les membres du collectif préparent leur fausse cavalcade dans un vrai désordre.

Les membres du collectif préparent leur fausse cavalcade dans un vrai désordre.

Vincent Lescaut

«L’équipe d’Esch2022 savait qui nous étions quand ils nous ont accordé un projet», s’amuse Maurice Sinner, du collectif Richtung 22. La capitale européenne de la culture a invité habitants et artistes du Sud à contribuer avec une multitude de projets traitant du futur de la Métropole du Fer. Richtung 22, connu pour avoir commis des films satiriques sur la politique luxembourgeoise, en profite pour organiser sa propre ouverture d’Esch2022, dimanche, avec six jours d’avance sur le calendrier officiel.

Lors de l’action «Dat hei ass keng Kavalkad - Invasioun op Esch» (Invasion d’Esch, ceci n’est pas une cavalcade), Richtung22 vous invite à les rejoindre au Bâtiment4, à 15h, «déguisés en personnes qui prennent le tram, font leurs courses à la Grand-Rue et sont habillées en costume». Le groupe ainsi formé sera rejoint par des chars de carnaval et un cerf bleu rescapé du temps où Luxembourg-Ville était capitale européenne de la culture, pour parader jusqu’à la place de la Résistance, afin «d’apporter le béton, le verre et la culture dans la Minett».

«Quelle sera la place des Eschois?»

«Notre but est d’aborder la question de la gentrification (NDLR: la réappropriation par des classes aisées de quartiers populaires). Esch2022 a pour ambition d’accompagner la transformation de la Ville vers un futur, où la matière grise a succédé à l’acier en tant que ressource. Mais quelle sera la place des Eschois d’aujourd’hui dans ce futur?», s'interrogent les membres du collectif.

«De nouveaux quartiers se développent avec des logements à des prix que les locaux ne pourraient pas se payer. Organiser une ouverture d’Esch2022, en faisant appel à une grande entreprise de Berlin, pour faire décoller une fusée spatiale de Belval est aussi un choix», poursuivent-ils. La question de savoir quelle culture nous voulons créer, produite par qui et destinée à qui est légitime. C’est ce débat que nous voulons ouvrir». Et surtout n’oubliez pas de mettre votre cravate.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Ton opinion