NBA: Irving blâmé pour la promotion d'un film antisémite

Publié

NBAIrving blâmé pour la promotion d'un film antisémite

Une semaine après les faits ayant suscité nombre de réactions outrées, le patron de la NBA Adam Silver a blâmé jeudi, sans le sanctionner, Kyrie Irving (Nets) pour sa promotion d'un film antisémite et le fait qu'il n'ait pas présenté des excuses.

AFP

«Kyrie Irving a pris une décision imprudente en postant un lien vers un film contenant des idées antisémites profondément offensantes», a écrit Silver dans un communiqué. Jeudi dernier, la star de Brooklyn avait diffusé sur ses comptes Twitter et Instagram une affiche de «Hebrews to Negroes: Wake Up Black America» et un lien vers le site d'Amazon pour le louer ou l'acheter.

Réalisé en 2018 par Ronald Dalton, Jr, le documentaire est adapté d'un livre éponyme datant de 2015, dans lequel il est écrit par exemple que «de nombreux juifs célèbres de haut rang» ont «admis» avoir «adoré Satan ou Lucifer».

«Si nous apprécions le fait qu'il ait accepté de travailler avec les Nets et l'Anti-Defamation League (la Ligue anti-diffamation), pour combattre l'antisémitisme et d'autres formes de discrimination, je suis déçu qu'il n'ait pas présenté des excuses sans réserve et dénoncé plus spécifiquement le contenu vil et nuisible véhiculé par le film qu'il a choisi de rendre public», a déploré Silver.

Et de conclure: «Je rencontrerai Kyrie en personne dans le courant de la semaine prochaine pour discuter de cette situation».

Irving, qui a depuis retiré ses posts controversés, s'est en effet contenté, dans un communiqué coécrit avec l'ADL, une organisation non gouvernementale, dont le but est de soutenir les juifs contre toute forme d'antisémitisme, d'admettre que sa démarche avait eu un «impact négatif» sur la communauté juive.

Et il s'est engagé à faire un don de 500 000 dollars à des associations œuvrant pour l'éradication de la haine et de l'intolérance. Son club, dont le propriétaire Joe Tsai fut un des premiers à condamner son dérapage, a pris le même engagement financier.

«Cette étiquette d'antisémite qu'on me colle n'est pas justifiée et ne reflète pas la réalité ou la vérité dans laquelle je vis tous les jours. J'embrasse tous les milieux et toutes les religions, je veux apprendre d'eux», s'est défendu le joueur qui s'était déjà fait remarquer en septembre, en diffusant sur Instagram un message du théoricien du complot Alex Jones parlant du «Nouvel Ordre Mondial».

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires