Proche-Orient – Israël pourrait être accusé de crimes de guerre
Publié

Proche-OrientIsraël pourrait être accusé de crimes de guerre

L'Autorité palestinienne pourrait poursuivre Israël pour crimes de guerre si l'Etat hébreu ne cesse pas ses constructions dans ses colonies.

La zone E1 est une colline aride qui n'a pas changé depuis des siècles. (Bild: Reuters)

La zone E1 est une colline aride qui n'a pas changé depuis des siècles. (Bild: Reuters)

Israël a annoncé son intention de construire 3000 logements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est au lendemain de l'accession de la Palestine au statut d’État observateur non-membre des Nations unies, jeudi 29 novembre.

Nabil Shaath, un proche collaborateur du président palestinien Mahmoud Abbas, a déclaré lundi soir que «beaucoup de pays» demandent à l'Autorité palestinienne de ne pas utiliser son nouveau statut pour poursuivre Israël devant la Cour pénale internationale (CPI). Mais M. Shaath a considéré qu'en «continuant à poursuivre sa colonisation (des territoires occupés)», Israël «nous pousse et nous force à aller devant la Cour pénale internationale».

L'Etat hébreu campe sur ses positions

Alors que cinq pays européens -France, Grande-Bretagne, Suède, Espagne et Danemark- ont convoqué les ambassadeurs israéliens lundi pour protester contre la décision d'Israël, l'Etat hébreu campe sur ses positions, mais même son plus fidèle allié, Washington, qui a voté «non» à la résolution palestinienne à l'ONU, a dénoncé la poursuite de la colonisation des territoires que les Palestiniens revendiquent pour l'établissement de leur futur Etat souverain.

Mardi, l'Australie a convoqué à son tour l'ambassadeur d'Israël en signe de protestation. Le vice-ministre israélien des Affaires étrangères, Danny Ayalon, a minimisé ces mesures, affirmant que l'Etat hébreu n'était pas content des convocations de ses ambassadeurs, mais que ce n'était «pas la fin du monde».

(L'essentiel Online/dapd)

Ton opinion