Football – «J'ai été insulté plus que quiconque en Angleterre»

Publié

Football«J'ai été insulté plus que quiconque en Angleterre»

En marge du mouvement Black Lives Matter, l’Irlandais James McClean a fait un parallèle avec la manière dont il est traité par les médias britanniques.

James McClean compte notamment 65 sélections avec l’équipe nationale irlandaise.

James McClean compte notamment 65 sélections avec l’équipe nationale irlandaise.

Keystone

Comparant son vécu à celui des joueurs noirs évoluant en Premier League, l’international irlandais James McClean a accusé les médias britanniques de ne pas accorder la même attention à sa propre situation.

McClean est régulièrement la cible de critiques virulentes en Angleterre. En cause: le refus du joueur de porter un coquelicot sur son maillot, symbole de soutien aux soldats des pays du Commonwealth.

En Angleterre depuis 2011

Le joueur de 31 ans a déjà expliqué son choix, principalement en raison du Bloody Sunday de 1972, au cours duquel des soldats britanniques avaient tué des civils nord-irlandais à Derry, ville d’Irlande du Nord dont McClean est originaire.

L’ailier évolue depuis 2011 en Angleterre et a joué successivement pour Sunderland, Wigan, West Bromwich et Stoke City depuis 2018. En marge du mouvement Black Lives Matter, et plus précisément de l’arrestation d’un adolescent de douze ans cette semaine pour insultes racistes envers le joueur de Crystal Palace Wilfried Zaha, James McClean a fait part de sa frustration sur les réseaux sociaux.

«Des balles envoyées par la poste»

«Cependant, ce qui me laisse un goût amer avec tous ces récents incidents, c’est que j’ai reçu plus d’insultes que n’importe quel joueur durant mes neuf années en Angleterre: des menaces de mort, des balles envoyées par la poste, des cartes d’anniversaire insultantes, des lettres, etc.» continue le joueur.

«Je ne cherche pas de la sympathie, mais je demande simplement quelle est la différence? Un garçon de douze ans est arrêté, à juste titre, pour insultes racistes envers Zaha, et personne n’est reconnu coupable dans mon cas?».

James McClean va plus loin en interpellant les médias et les autres joueurs irlandais. «Est-ce que les insultes que j’ai subies ont été condamnées dans les médias? Non! En fait c’est le contraire: le moindre de mes gestes qu’on juge offensant est relayé dans les médias. J’ai aussi vu des compatriotes soutenir la lutte antiraciste, encore une fois à juste titre, mais jamais condamner la discrimination faite à mon égard, qui ironiquement est aussi une insulte envers eux», a conclu McClean.

(L'essentiel/Sport-Center)

Ton opinion