Sécurité routière – «J'ai la tête qui tourne, c'est vraiment affreux!»
Publié

Sécurité routière«J'ai la tête qui tourne, c'est vraiment affreux!»

ESCH-SUR-ALZETTE - Des employés du CHEM ont pu suivre, jeudi, un atelier simulant les effets de l'alcool et du cannabis au volant, dans le cadre d'une journée de sensibilisation.

«Attention, tu vas dans le bois», «C'est un pas de danse?», s'amusent ses collègues. Elisabeth, une employée du centre hospitalier Emile Mayrisch (CHEM), vit la sensation de l'alcool au volant. Portant de grosses lunettes noires sur les yeux, un casque qui lui bouche les oreilles et un poids accroché à sa cheville droite, elle doit effectuer un parcours à pied sur un plateau représentant une route, comme si elle roulait avec 0,5 g d'alcool par litre de sang (la limite légale au Luxembourg). Des difficultés ont été semées sur le plateau. Elle doit ainsi éviter des plots, ramasser des clés et enjamber une petite haie. «J'ai la tête qui tourne, c'est vraiment affreux! Les lunettes me font voir flou, le casque m'isole du monde extérieur... Je revis les sensations quand je roule de nuit», débriefe-t-elle à la fin du parcours.

L'atelier qu'a effectué Elisabeth, jeudi, était chapeauté par le CHEM, qui adhère depuis 2017 à la stratégie nationale Vision Zéro, consistant à réduire le nombre et la gravité des accidents de travail, des accidents de trajets et des maladies professionnelles. Dans ce cadre, le centre hospitalier a organisé une première journée de sensibilisation, consacrée au risque routier. Des stands d'information et des conférences étaient proposés au grand public. De leur côté, les 2 000 employés du CHEM (sites d'Esch, de Dudelange et d'Oberkorn) pouvaient notamment suivre cet atelier sur l'alcool et le cannabis au volant.

«L'idée était de leur faire prendre conscience des éléments qui ont un impact sur le risque routier, explique Céline Val, qui a animé l'atelier. La conseillère en prévention des risques professionnels se satisfait d'avoir eu des retours «très positifs» et des participants «très intéressés par le sujet». Un sujet en effet à ne pas négliger, puisqu'un tiers des accidents de la route dans le pays sont provoqués par la consommation d'alcool, d'après les statistiques de police.

(Olivier Loyens/L'essentiel)

Ton opinion