Xavier Bettel – «J'ai mangé du Nutella ce matin et je me porte bien»

Publié

Xavier Bettel«J'ai mangé du Nutella ce matin et je me porte bien»

Le Nutella est-il moins bon dans certains pays de l'Union européenne? Le Premier ministre luxembourgeois, interrogé sur le sujet, a donné une réponse étonnante.

Luxembourg's Prime minister Xavier Bettel arrives to attend the EU summit at the new "Europa" building in Brussels on March 9, 2017.  / AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN

Luxembourg's Prime minister Xavier Bettel arrives to attend the EU summit at the new "Europa" building in Brussels on March 9, 2017. / AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN

AFP/Stephane de Sakutin

Plusieurs pays de l'Union européenne ont dénoncé, jeudi, lors d'un sommet à Bruxelles, la qualité des aliments vendus en Europe centrale. La Slovaquie et la Hongrie jugent qu'à étiquette semblable, les aliments commercialisés en Europe centrale sont de moindre qualité que ceux proposés dans les autres pays de l'UE. Ce serait notamment le cas du Nutella. Fin février, la Hongrie expliquait que la pâte à tartiner disponible dans son pays était «moins crémeuse» que chez son voisin autrichien.

Interrogé sur le sujet, le Premier ministre luxembourgeois a donné une réponse plutôt surprenante. «La question Nutella n'est pas un dossier que j'ai traité jusqu'à maintenant. Tout ce que je peux vous dire, c'est que j'en ai mangé ce matin et que je me porte très bien», a ironisé Xavier Bettel devant plusieurs journalistes.

Ingrédients de moindre qualité

Études à l'appui, la Slovaquie et la Hongrie ont montré un phénomène «grandissant» de la «double qualité des aliments sur le marché intérieur». Sur 22 produits testés, les Slovaques ont relevé de grandes différences de qualité dans dix cas - des produits laitiers, des boissons, un produit à base de poisson, un condiment, un dessert et un thé - et des différences plus légères dans trois produits à base de viande.

C'est la composition des produits qui est en cause, souvent une conséquence de l'utilisation d'ingrédients de moindre qualité et en général moins chers, comme le recours à des matières grasses issues de plantes plutôt que d'animaux, d'édulcorants plutôt que de sucre, d'arômes et de colorants plutôt que d'extraits de fruits. Le goût et la couleur des produits peuvent en être affectés.

Selon les autorités hongroises, l'Autriche propose par exemple un Coca-Cola «moins riche», un chocolat en poudre Nesquick «plus harmonieux et intense» qu'en Hongrie. Quant à la sauce carbonara de Knorr, elle ne contient aucun produit fromager contre trois en Autriche.

(L'essentiel avec AFP/L'essentiel)

Ton opinion