Yannick Alléno: «J'ai vu mon fils sur le trottoir»

Publié

Yannick Alléno«J'ai vu mon fils sur le trottoir»

Yannick Alléno, chef triplement étoilé au Michelin, a créé une association qui porte le nom de son fils tué par un chauffard multirécidiviste au volant d'une voiture volée. Il veut faire bouger les choses pour que de tels drames n'arrivent plus.

par
Marion Chevrier

«J'ai vu mon fils sur le trottoir et c'est vrai que c'est extrêmement douloureux»: Yannick Alléno, chef étoilé, est revenu mardi, dans le 20H de TF1, sur la mort de son fils Antoine, décédé le 8 mai dernier, à l'âge de 24 ans. Le jeune homme, qui circulait à scooter et était arrêté à un feu rouge, a été percuté par le chauffeur d'un véhicule volé. «C'est vrai que vous rentrez dans une période, après le décès d'un enfant, un monde qu'on ne connaît pas», poursuit-il.

Yannick Alléno a aussi été frappé par le nombre de témoignages qu'il a reçus depuis la mort d'Antoine. «J'ai déjà eu l'occasion de parler à 40 personnes qui depuis le début de l'année ont perdu leur enfant dans les mêmes conditions. C'est un gâchis monumental». Il a créé l'association «Antoine Alléno» pour soutenir les familles qui traversent les mêmes épreuves. Au Parisien, il explique que quand il est arrivé à l'hôpital, «on nous a tendu un bout de papier, le contact d'une personne au cas où on aurait besoin de soutien psychologique. Et puis c'est tout. Même pas un verre d'eau».

Il veut faire bouger les choses, pour que son fils «ne soit pas mort pour rien».

Au micro de RTL France ce mercredi, il s'interrogeait: «Pourquoi ces voitures aussi puissantes ne sont pas bridées en ville? Ça change beaucoup de choses parce que si vous prenez la décision de dire: ''OK je débride ma voiture (...) je décide de rouler au-delà de la vitesse autorisée'' (..) j'en deviens responsable'' et ça n'est plus un homicide involontaire» (dont a été inculpé le conducteur qui a tué son fils, ndlr).

Ton opinion

2 commentaires