Accident à l’aéroport de Miami: «J’ai pris dans mes bras le vieil homme à côté de moi. C’était horrible»
Publié

Accident à l’aéroport de Miami«J’ai pris dans mes bras le vieil homme à côté de moi. C’était horrible»

Un avion de la compagnie dominicaine RED Air transportant 126 passagers s’est écrasé à l’atterrissage, mardi, à l’aéroport de Miami. Trois personnes ont été hospitalisées.

Les passagers d’un vol de la compagnie RED Air reliant la République dominicaine à Miami, en Floride, ont connu une expérience terrifiante, mardi. En raison d’un train d’atterrissage défectueux, l’avion s’est écrasé après s’être posé. En glissant sur le tarmac, l’appareil a percuté un petit bâtiment et une tour de communication, avant de prendre feu.

Des images circulant sur les réseaux sociaux montrent les passagers se précipitant hors de l’avion en flammes. «J’ai cru que j’allais mourir, en fait. J’ai pris dans mes bras le vieil homme à côté de moi. C’était horrible», raconte à CBS Miami Paola Garcia, une passagère.

Elle ajoute: «Nous étions secoués d’un côté à l’autre et les fenêtres se brisaient. Ensuite, les gens se sont mis à courir et j’ai sauté hors de mon siège, et je me suis mise à courir parce qu’il y avait le feu, et tout». L’avion a touché le sol à 17h38. À 17h39, les pompiers étaient déjà sur place. «C’était la panique, une expérience terrible, mais je me sentais en sécurité», confie Balo Delgado, un autre passager. L’avion transportait 126 voyageurs et 11 membres d’équipage. Trois personnes ont dû être hospitalisées.

«Elle a perdu ses chaussures»

D’autres ont été légèrement blessées. «Ma sœur a été touchée au genou, mais tout le monde va bien. Elle m’a raconté que c’était fou de sortir en courant de l’avion. Elle a perdu ses chaussures. Et tout le monde était en panique là-bas», raconte Edgar Rincon.

Expert en aéronautique, Scott Harrington estime que c’est un miracle que plus de personnes n’aient pas été blessées dans le crash. «Il me semble que les pilotes ont fait du bon travail pour que l’avion reste en un seul morceau, pour qu’il s’arrête de façon que les secours puissent accéder à l’appareil», explique-t-il. L’homme ajoute que les pilotes sont entraînés à gérer ce genre de situations chaotiques: «Nous sommes juste hyper concentrés. Notre cerveau passe en mode vol», assure-t-il.

(joc)

Ton opinion

1 commentaire