Nouvelle application: «Je dois apprendre le luxembourgeois avec mon smartphone»

Publié

Nouvelle application«Je dois apprendre le luxembourgeois avec mon smartphone»

LUXEMBOURG - L'app LLO.Lu fait un gros carton depuis son lancement. On fait le point avec des jeunes frontaliers qui veulent progresser en luxembourgeois.

par
Frederic Lambert
L'app LLO.Lu a déjà enregistré près de 20 000 inscriptions.

L'app LLO.Lu a déjà enregistré près de 20 000 inscriptions.

L'essentiel

Apprendre le luxembourgeois peut parfois effrayer, mais force est de constater, avec plus d'un millier de partage, de réactions et d'identifications sur notre page Facebook, que la nouvelle application «Léier Lëtzebuergesch Online», lancée récemment par l’Institut national des langues (INL) et le ministère de l’Éducation, a très rapidement fait mouche auprès d'un large public.

«On m'a demandé d'apprendre le luxembourgeois et j'ai eu connaissance de cette application grâce à un push de L'essentiel», nous confie Paolo Mulone, jeune frontalier de 24 ans, employé depuis peu, comme "travel designer" dans une agence de voyages. «J'ai directement installé l'application LLO et j'ai commencé les premières leçons. Par rapport à l'application gratuite Duolingo, qui me permet d'apprendre l'allemand, je trouve que LLO ne fait pas "très 2022". Elle est un peu basique. On peut apprendre du vocabulaire par métier, mais il n'y a que deux métiers pour l'instant. J'espère que ça va se développer à l'avenir».

«Pouvoir échanger avec nos clients»

Parti de rien, sans aucune notion de Luxembourgeois, Paolo ne compte rien lâcher. «Je vais essayer de continuer avec l'app», poursuit le jeune Belge originaire de La Louvière, «mais si ce n'est pas assez intuitif, je vais me rediriger vers des leçons plus intéressantes sur Youtube. Un point positif de l'app, c'est de faire le point d'emblée sur notre niveau de luxembourgeois. Je suis un peu déçu de l'interface. Le téléchargement était rapide et on m'a demandé beaucoup d'informations personnelles dès le départ. Mon âge, mon code postal,... J'imagine que c'est le prix à payer pour que l'app soit gratuite».

Dès son entretien d'embauche, on a fortement conseillé à Paolo de se débrouiller en luxembourgeois. «Pas d'être parfaitement bilingue tout de suite, mais de pouvoir échanger avec les clients», poursuit le jeune homme.«Les cours de luxembourgeois dispensés en Belgique, les horaires ne me conviennent pas. Du coup, je dois apprendre avec mon smartphone. Je n'ai que des notions d'anglais et de néerlandais. Donc je pars vraiment de zéro en luxembourgeois. On engage beaucoup pour le moment et d'autres collègues frontaliers français vont eux aussi devoir s'y mettre, car notre clientèle apprécie que l'on s'exprime en luxembourgeois».

L'absence de certification

Employé dans une station-service, Sofiane Taleb est originaire de Metz. Lui aussi espère pouvoir progresser grâce à l'application LLO.Lu. «J’ai été sur l’application et c’est super», nous indique le jeune homme. «Le seul problème, pour moi, ce sont les leçons en luxembourgeois. Par conséquent, en tant que francophone, je ne les comprends pas. S'il faut parler luxembourgeois , pour apprendre à parler luxembourgeois , cela n’a pas de sens». Et Sofiane d'espérer: «Je pense que la plateforme vient juste d’être créée et que ça va être mis au point rapidement. Je salue néanmoins le travail effectué, car sur l’application Babel, il n'y a pas de possibilité d'apprendre le luxembourgeois».

Identifiées sur le ton de l'humour pour signifier cette nouvelle solution d'apprentissage, Stéphanie et Roza ont elles aussi téléchargé l'application. «Malheureusement, cette app ne donne pas de certification», regrette Roza. Et Stéphanie d'ajouter: «Je n'ose même pas faire le test d'entrée, car j'ai peur d'être au niveau -2».

Ton opinion

4 commentaires