Tabac – «Je fumais 3 à 4 paquets par jour»

Publié

Tabac«Je fumais 3 à 4 paquets par jour»

MONDERCANGE
- Alexa Ensch a réussi à arrêter de fumer grâce au softlaser, après 37 ans de dépendance.

Alexa Ensch, 53 ans, ancienne fumeuse, est thérapeute au softlaser.

Alexa Ensch, 53 ans, ancienne fumeuse, est thérapeute au softlaser.

Editpress

«Il y a quelques années, mon père est mort du cancer des poumons. Il m'a fait promettre d'arrêter de fumer. J'ai essayé avec des patchs, des médicaments de toutes sortes, mais ça n'a pas marché». Alexa Ensch a commencé à fumer à l'âge de 13 ans. Après une pause de sept ans pendant et après sa grossesse, elle s'est remise à fumer, arrivant à trois à quatre paquets par jour. «Honnêtement, je croyais que j'étais condamnée à fumer le restant de mes jours. Je ne voulais pas, mais j'étais dépendante», explique-t-elle.

Il y a un peu plus de trois ans et demi, elle a découvert la «thérapie au softlaser» en regardant une émission télévisée allemande. «J'ai pris contact avec la thérapeute et suis allée me faire soigner en Allemagne. Une seule séance suffit généralement, mais la condition nécessaire est que le patient veuille vraiment arrêter de fumer. Convaincue par la thérapie qui consiste à bloquer ou débloquer les méridiens du corps via les points d'acupuncture avec le softlaser, Alexa Ensch a fait la formation dans la foulée et a ouvert son cabinet à Mondercange il y a trois ans. «Dans 93% des cas, cela marche. J'explique aux gens que ce que je fais, c'est sortir l'envie de cigarette de leur tête. La cigarette existe toujours, mais l'envie disparaît».

La seule chose qu'Alexa Ensch regrette est que «la thérapie ne soit pas reconnue et donc pas remboursée par la Caisse nationale de santé».

Chloé Murat

Quel est le meilleur moyen d'arrêter de fumer? Donnez votre avis en commentaire.

Ton opinion