Luxembourgeois en Afrique – «Je me fais plus de soucis pour mes proches au pays»
Publié

Luxembourgeois en Afrique«Je me fais plus de soucis pour mes proches au pays»

LUXEMBOURG/LE CAP - L'ex-footballeur luxembourgeois Mike Frantz raconte «son» Afrique du Sud qui, outre la pandémie, doit faire face à un terrible incendie.

En 1989, Mike Frantz défiait le Real Madrid de Bernd Schuster avec le Spora en Coupe d'Europe de foot (0-3, 6-0). Le 30 mars dernier, il s'affichait sur Instagram, devant sa télé, exultant drapeau luxembourgeois à la main lors du but face au Portugal... à 9 000 km du stade Josy-Barthel.

«Tu quittes l'Afrique du Sud, mais, elle, ne te quittera plus jamais»

Mais l'année a été rude. Un terrible incendie menace actuellement le Cap. L'université a brûlé. Via l'ASBL Kenako.lu qui soutient des projets éducatifs dans la région, il a lancé un appel aux dons pour les pompiers et la protection des animaux. Un coup dur de plus, outre la pandémie.

Mais ne lui parlez plus du «variant sud-africain»! «Ce nom a fait beaucoup de tort au pays. Le variant est né ici, mais désormais la situation est très bonne». Lundi, 112 nouveaux cas ont été recensés sur 8 millions d'habitants de l'ouest du Cap et 744 sur les 60 millions du pays. «Je me fais plus de soucis pour mes proches au Luxembourg. Ici, cafés, restos... tout est ouvert. Il y a un couvre-feu de minuit à 4h du matin. Les gens sont disciplinés».

Mike est tombé amoureux de ce pays, grand comme 471 Luxembourg, et de sa population, positive «même si les gens vivent parfois dans des conditions précaires dans les townships autour du Cap». Il raconte avec passion les océans, montagnes et déserts. La faune aussi (lions, éléphants, buffles, rhinocéros et léopards), les vignes.

«C'est le monde résumé dans un pays. Tu quittes l'Afrique du Sud, mais, elle, ne te quittera plus jamais». «On rencontre des Luxembourgeois tout le temps ici, raconte-t-il. Une demi-douzaine se sont installés et on se voit régulièrement».

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Ton opinion