People – «Je n'ai jamais été aussi défoncée de toute ma vie»

Publié

People«Je n'ai jamais été aussi défoncée de toute ma vie»

Kirsten Dunst a eu une crise de panique après avoir accidentellement fumé de la marijuana pendant le tournage de son dernier film.

Kirsten Dunst à la Première de "Woodshock" le 18 septembre à Hollywood.

Kirsten Dunst à la Première de "Woodshock" le 18 septembre à Hollywood.

Willy Sanjuan

Kirsten Dunst fait actuellement la promotion du film Woodshock, le film de Kate et Laura Mulleavy sur une femme qui tombe dans une paranoïa profonde après avoir pris une drogue mortelle.

Lors d'une apparition sur le plateau du Jimmy Kimmel Live! mardi soir, l'actrice de 35 ans a expliqué que même si plusieurs scènes de ce film l'ont obligée à prendre de la drogue, c'était toujours de la fausse, à l'exception d'une fois. «Lorsqu'on fait des prises, on les enchaîne, a-t-elle expliqué. Je ne mangeais pas tellement à l'époque. Alors, après avoir fini une scène, je suis retournée dans cette petite loge pour me reposer et j'ai commencé à avoir l'impression de perdre la tête.»

L'actrice de Spider Man a commencé à avoir chaud et à trembler, et finalement a demandé à Laura Mulleavy de l'emmener à l'hôpital. Pendant ce temps, l'un des autres producteurs est allé vérifier ce qu'elle avait fumé sur le plateau, et lui a révélé qu'elle avait «fumé un joint entier» pendant une des prises. «Je ne fume pas de joints complets, c'est vraiment trop fort», a-t-elle déclaré avant de remettre la faute sur les personnes chargées de rouler les cigarettes avec de la fausse marijuana pour le film.

«Ils en ont mis de la vraie pour plaisanter. J'étais là ''Qu'est-ce que c'est que ce bordel !''. Je pleurais, riais, mangeais un sandwich au beurre de cacahuète, je ne pouvais plus tourner. Ils m'ont renvoyée chez moi. J'étais un vrai déchet. Je n'ai jamais été aussi défoncée de toute ma vie. Et ne pas se rendre compte que j'étais défoncée, c'était un véritable voyage mental».

En plus de la présence de drogue dans Woodshock, Kirsten Dunst avertit également ses fans que le film contraste avec ses autres projets récents, tels que Les figures de l'ombre et Les Proies. Au lieu de cela, elle décrit que voir le film ressemble à «regarder un poème. Ça parle de douleur et c'est comme être dans un esprit féminin, c'est quelque chose de très original et différent de tout ce que j'ai fait avant», a-t-elle ajouté.

(L'essentiel/Cover Media)

Ton opinion