Hôtel de Rhodes – «Je n'ai jamais été aussi malade de ma vie»

Publié

Hôtel de Rhodes«Je n'ai jamais été aussi malade de ma vie»

LUXEMBOURG - Une mère et son fils sont partis à Rhodes avec LuxairTours. Ils ont été touchés par l'épidémie qui a frappé un hôtel de l'île. La famille rentrée dimanche envisage, elle, de porter plainte.

«La piscine était totalement désertée», raconte Aurélie, qui était à Rhodes avec son fils de 6 ans.

«La piscine était totalement désertée», raconte Aurélie, qui était à Rhodes avec son fils de 6 ans.

DR

Aurélie quitte le Lindos Imperial Resort and Spa Rhodes, avec son fils de 6 ans, ce jeudi à 15h. Le séjour, commencé il y a une semaine, a rapidement tourné au cauchemar, pour les deux habitants de Baccarat, en Lorraine. «Nous sommes arrivés tard jeudi dernier. Le lendemain, l'eau de la salle de bain était brune», raconte la mère de famille, qui a décollé du Findel. Ne se décourageant pas aussi vite, elle va, avec son fils, à la piscine. «Là, une animatrice est venue le chercher. Mais il n'y avait pas d'enfants, personne. L'animatrice nous a dit que tout le monde était occupé aux toilettes... On a commencé à s'inquiéter».

Des inquiétudes qui se sont vite révélé fondées. Le garçon tombe malade pendant la nuit, la mère le samedi. «Je n'ai jamais été aussi malade de ma vie», affirme Aurélie, qui dit, une semaine plus tard, avoir «toujours mal à la tête en permanence. J'étais à la limite de la perfusion, je me suis beaucoup déshydratée. Mon fils, lui, a beaucoup vomi. Nous avons passé trois jours affreux sans aucune explication de l'hôtel». Un médecin intervient rapidement, à la demande du guide LuxairTours sur place.

Des centaines de malades

Aurélie et son fils iront voir le médecin, en France, dès ce vendredi. «Je suis inquiète. Des centaines de personnes étaient malades et on ne sais toujours pas ce qu'on a eu. On a vu un médecin, reçu des médicaments, mais on ne sait pas ce que c'était. Après avoir été brune, l'eau de la douche était froide, samedi. Puis, le lendemain, c'est revenu à la normal. On ne sait pas ce qu'ils ont bidouillé». Pendant son séjour, elle est restée en contact avec le représentant de LuxairTours sur place.

«La première fois que nous avions rendez-vous avec lui, je me suis rendue compte que je ne pouvais même pas marcher 50 mètres», raconte encore Aurélie. «Mais il nous a très vite trouvé un médecin et il n'y a pas eu de problème pour déposer une réclamation officielle». Elle espère être dédommagée pour ses vacances cauchemardesque. De leur côté, Olga et Toni, résidents luxembourgeois arrivés par le même vol qu'Aurélie mais rentrés en catastrophe dimanche soir, ont décliné l'offre de dédommagement de LuxairTours et envisagent de porter plainte.

Des suites judiciaires?

LuxairTours leur a proposé le remboursement de leur séjour, qui leur a coûté 5 600 euros, mais pas les frais liés à leur retour prématuré via Francfort, soit 1 600 euros de plus. «Nous irons au tribunal parce que nous n'avons été remboursés qu'en partie», avance Toni. «Ce n'est pas ce que nous voulons. Nous voulons aussi le remboursement des frais du retour». Sa compagne Olga confirme: «Notre santé a été mise en danger», dit-elle, surtout inquiète pour son bébé de 4 mois qui avait pris part au voyage. Par chance, aucun membre de la famille n'est tombé malade. «C'était très lourd, comme maladie, ça aurait été dangereux pour le bébé. Nous ne sommes pas rentrés pour le plaisir, mais pour sortir du danger».

«Nous allons discuter de cela avec nos clients», réagit Patrick Lamesch, Sales Manager chez LuxairTours, contacté par L'essentiel. Quant à Aurélie, «libre à elle de prendre contact avec notre service clients» pour être éventuellement dédommagée. Il reste une famille cliente de LuxairTours dans l'hôtel. «Nous leur avons proposé de rentrer plus tôt, par le vol de ce jeudi, ils ont refusé. Ces clients en bonne santé ont préféré continuer leurs vacances».

(Jérôme Wiss/L'essentiel)

L'hôtel ne sait toujours pas ce qui s'est passé>

Dans une note publiée sur son site Internet, la direction de l'hôtel affirme que les résultats des analyses sur la nourriture, l'eau et certaines parties de l'hôtel sont négatives pour la gastro et les maladies similaires.

«Nous ne pouvons que supposer que l'épidémie est venue de l'extérieure», indique la direction, sans plus de précisions sur la nature précise de la maladie. Aucun nouveau cas n'est à déplorer ce jeudi, écrit encore la direction de l'établissement 5 étoiles, qui dit avoir pris de nombreuses mesures sanitaires pour enrayer l'épidémie.

Ton opinion