Pierre-Emmanuel Barré – «Je n'aurais pas la même liberté si j'étais sur "TF1"»
Publié

Pierre-Emmanuel Barré«Je n'aurais pas la même liberté si j'étais sur "TF1"»

Chroniqueur dans «La Nouvelle Édition», Pierre-Emmanuel Barré ne se voit pas travailler sur une autre chaîne ou dans une autre émission.

L’humour noir du Français de 30 ans fait des merveilles chaque vendredi lors de «L’instant Barré», dans «La Nouvelle Édition». Mais Pierre-Emmanuel Barré est aussi auteur et comédien. Il est actuellement à l’affiche du spectacle «Full Metal Molière».

Entre la pièce, l'écriture de la suivante et votre chronique sur Canal+, comment faites-vous pour tout gérer?
Je suis quelqu'un de très désorganisé, mais ce n'est pas grave. Je panique jusqu'à ce que j'aie terminé, mais j'arrive toujours à me rattraper au dernier moment.

Vous finissez l'écriture de «L'instant Barré» quelques minutes avant d'arriver sur le plateau de «La Nouvelle Edition»?
Non, je termine le soir avant. Il faut huit à neuf heures pour écrire une chronique. Pour le moment, j'ai toujours été à l'heure.

Vous arrive-t-il de vous censurer?
Si je tente des trucs et que ce n'est pas drôle, je finis par les censurer. Je pense que tout passe si c'est dit de façon drôle.

Qui lit vos textes avant votre passage en direct?
Les rédacteurs en chef du programme. Il y a une petite répétition avant que l'émission commence. Il m'arrive de devoir insister un peu pour qu'une blague passe, mais globalement je fais ce que je veux.

Pourriez-vous travailler pour TF1?
Je n'aurais pas la même liberté que sur Canal +. Si j'allais sur la Une, je n'y resterais sûrement pas très longtemps.

Quand les gens vous rencontrent pour la première, s'attendent-ils à ce que vous soyez comme à la télévision?
Souvent, ils me disent que je ne suis pas si con que ça. Je comprends qu'ils s'attendent à ce que je sois comme dans «La Nouvelle Édition», mais pour que le truc un peu grossier ou l'humour noir passe, il faut que ça soit très bien tourné. Il m'arrive de passer trente minutes sur une phrase. Si les gens sont gênés avant de rigoler, ça ne passe pas. Il faut qu'ils rient et soient gênés après.

Beaucoup de gens font référence à Nicolas Bedos et à Gaspard Proust quand ils parlent de vous. Ça vous gêne?
Non, je n'en connais aucun des deux personnellement, mais dans l'ensemble j'aime bien ce qu'ils font. Ça ne me gêne absolument pas. On classe souvent les gens dans une catégorie, c'est dommage, parce qu'on est capable de faire autre chose aussi.

Vous considérez-vous comme un humoriste ou un comédien?
En ce moment, le truc dans lequel j'ai le plus de facilité c'est le métier d'auteur et c'est ce qui me fait principalement vivre, mais je suis plus humoriste que comédien. Sinon j'essaierais de faire du cinéma.

(L'essentiel/Julienne Farine)

Ton opinion