On rêve au Luxembourg – «Je n'imagine pas ce que je ferais avec 220 millions»
Publié

On rêve au Luxembourg«Je n'imagine pas ce que je ferais avec 220 millions»

LUXEMBOURG - Le jackpot historique d'EuroMillions fait rêver les habitués et les joueurs plus occasionnels.

Habitués ou occasionnels, des dizaines de milliers de parieurs vont tenter de remporter le jackpot historique de la loterie européenne.

Habitués ou occasionnels, des dizaines de milliers de parieurs vont tenter de remporter le jackpot historique de la loterie européenne.

L'essentiel/yb

«Si je gagne le jackpot, je liquide mes crédits, je fais un dépôt sur les comptes de mes enfants et je donne aux démunis», s'exclame Nico, 45 ans. Comme lui, plusieurs milliers de joueurs rêvent de trouver la série de numéros qui changera leur vie. Ce résident luxembourgeois tente sa chance depuis 17 ans et le premier tirage. «Peut-être que ce sera mon jour cette fois», sourit-il, en montrant une dizaine de vieux tickets.

Dans une station-service du sud du pays, ils sont nombreux à sortir avec un ticket à la main. «Certains ont l'habitude de jouer et misent même de grosses sommes alors que d'autres arrivent au dernier moment en voyant l'affiche», résume une employée de la station. Elle-même, joueuse occasionnelle, a rempli une grille pour vendredi. Juste au cas où...

«Il est impossible que je gagne»

Pour la première fois de son histoire, le jackpot a atteint la somme record de 220 millions d'euros. Après un premier tirage sans gagnant mardi, la somme est remise en jeu. «Qu'est-ce que je ferais avec 220 millions d'euros? Je n'arrive même pas à l'imaginer. Pour l'instant, mon record de gain tourne autour de 50 euros», s'amuse un quinquagénaire. L'homme, superstitieux, parie toujours sur la même suite de numéros depuis une dizaine d'années.

«Il est "impossible" que je gagne, pourtant, je joue», avoue-t-il, en levant les yeux vers le ciel. Ce vendredi, ils seront encore nombreux à tenter leur chance. Le nombre de parieurs devrait dépasser la barre des 100 000.


(Yannis Bouaraba/L'essentiel)

Ton opinion