Publié

Coronavirus au Luxembourg«Je ne me suis jamais senti en danger»

LUXEMBOURG - Un infirmier au service «maladies infectieuses» du CHL a accepté de raconter son quotidien à «L'essentiel».

Hakim se félicite de l'organisation mise en place par le CHL pour juguler l'épidémie.

Hakim se félicite de l'organisation mise en place par le CHL pour juguler l'épidémie.

Paul Foguenne

Infirmier depuis 12 ans au service «maladies infectieuses» du Centre hospitalier de Luxembourg (CHL), Hakim vit le plus sereinement possible la crise sanitaire actuelle. Ce frontalier français de 41 ans, père d'une fillette de cinq ans et demi, a accepté de raconter à L'essentiel ce qu'il vit au quotidien depuis deux mois et l'apparition des premiers cas de coronavirus au Luxembourg.

«Il n'y a jamais eu de sentiment de panique et je ne me suis jamais senti en danger. Il faut dire que je ne suis pas stressé de nature, sourit Hakim. Dès le départ, tout a été maîtrisé au CHL, avec une séparation claire des filières Covid et non-Covid. Les 3e, 4e et 5e étages de l'établissement ont été réquisitionnés pour faire face à l'épidémie. Les cas suspects sont traités au 5e étage, avant une hospitalisation lorsque les symptômes l'imposent (forte fièvre, détresse respiratoire...)».

«C'est le signe que ça va mieux!»

Parfaitement équipé dès le début de l'épidémie (masque, gants, lunettes, combinaison), Hakim se félicite de l'organisation mise en place par le CHL pour faire face au virus: «Cinq infectiologues passent en permanence dans les services pour nous aider à gérer le flux de patients. Ma seule appréhension, c'est de prodiguer les bons soins, pour éviter le transfert d'un malade en "réa"».

Le personnel du CHL n'est testé que lorsque des symptômes de la maladie apparaissent (température, toux, difficulté à respirer...) ou si les soignants ont eux-mêmes été en contact avec des personnes malades en dehors de l'hôpital. Mais chaque collaborateur a aussi la possibilité de faire un test s'il le souhaite. «Ça me semble parfaitement normal», indique notre infirmier, qui a constaté une baisse importante du nombre de patients Covid ces derniers jours: «Les 3e et 4e étages de l'hôpital ont repris leurs activités normales, c'est le signe que ça va mieux!».

(pp/L'essentiel)

Ton opinion